En juin 2013, les édiles de la commune de Saint-Josse s’accordaient à l’unanimité sur le nom d’une préfète stagiaire. "Un signal clair" en vue de la "réhabilitation" du lycée Cudell, s’était avancé Emir Kir (PS), le maïeur. Pour le coup, c’est totalement raté. Le 17 octobre dernier, une plainte collective ("non signée par peur des représailles") a mis sur le pavois des inconduites déjà vieilles d’un an...

Reprenons. Nous avons, ces jours-ci, mis la main sur 13 plaintes de profs, portées à la connaissance d’Arista (le service de prévention et de bien-être au travail), en octobre 2014. Décrivant moult faits datant d’octobre 2013, ces courriers ciblent la nouvelle patronne du secondaire de la rue de Liedekerke.

Pêle-mêle, ils décrivent "des propos insultants, humiliants et racistes" (du style "bougnoule", "connard", quand ce ne sont pas des "Ils vont vouloir m’enc...", par exemple) un vocabulaire "inapproprié", des pressions, des menaces, de la calomnie, de la diffamation, etc. Au-delà même de ce comportement, les plaintifs ont, en parallèle, détaillé les "dysfonctionnements" au lycée et ce, dans leur envoi collectif au collège.


Des "défaillances" et des "anomalies"

Les "fortes détériorations des conditions de travail" seraient dues à des "situations irrationnelles", comme l’inexistence de liste d’élèves par classe en début d’année; un règlement non-distribué à tous; une non-programmation de cours; des annulations en last minute (réunions, voyage); des profs payés de façon incorrecte; une "commande insuffisante d’épreuves du CE1D", en juin; "l’absence totale d’infos" sur les réunions et autres dates de recours; le non-respect de la clé de répartition; etc.

Face à ce chaos (qui a provoqué et des départs, et des arrêts de travail), Arista préconisa des mesures urgentes : une intervention psychosociale, une réévaluation de la préfète ou des formations en gestion de conflit. "Le 10 février, la commune n’avait toujours pas donné de suite à ce rapport", pestait Ahmed Mouhssin (Ecolo), ce week-end. "Elle disposait de trois mois maximum pour le faire..."