Hier soir en conseil communal, la commune de Koekelberg a voté une motion demandant un cessez-le-feu immédiat entre belligérants, l’arrêt des expulsions et de l’annexion des territoires palestiniens dans le chef de l’Etat d’Israël. La commune demande encore au gouvernement fédéral de porter le dossier devant les instances internationales. Portée par le groupe PS, cette motion a été votée par tous les membres de la majorité (PS, Ecolo, SP.A, CDH, Défi). Le MR s'est abstenu.

Koekelberg est la première commune de Belgique à faire adopter une motion de soutien au peuple palestinien. "Notre objectif est de créer une dynamique des communes solidaires avec la Palestine", explique le bourgmestre PS de Koekelberg Ahmed Laaouej. "Bien évidemment que nous condamnons les violences des deux côtés et déplorons toutes les victimes civiles. Mais nous demandons une condamnation ferme de la politique d'annexion des territoires palestiniens. Mais la radicalisation israélienne rend les déclarations de principe totalement dérisoires."

En substance, Koekelberg demande que le gouvernement fédéral et les gouvernements des entitées fédérées appellent à un cessez-le feu immédiat de la part de toutes les parties, que la Belgique et l’Union européenne aillent désormais au-delà des postures et des condamnations de principe, que la Belgique prenne la tête d'une initiative internationale à travers les Nations Unie ou l'Union européenne pour faire cesser les crimes, que la Belgique mette rapidement en œuvre les accords de gouvernement en établissant une liste de sanctions, y compris économiques, efficaces contre la politique d'annexion des territoires palestiniens et en approfondissant les mesures de différentiation pour exclure les colonies israéliennes des relations bilatérales entre Israël, la Belgique et l'Union Européenne, que la Palestine soit, enfin, reconnue comme un État à part entière par la Belgique et les communautés européenne et internationale.

"Nous demandons enfin que cette motion soit envoyée au Premier ministre, à la ministre des Affaires étrangères, aux ministre-présidents des entités fédérées, à l’ensemble des présidences de partis représentés au sein des différents parlements belges ainsi qu’à l’ambassadeur d’Israël en Belgique", conclut le bourgmestre de Koekelberg Ahmed Laaouej. "La dimension de solidarité entre les peuples est absolument essentielle. Elle nous permet de souligner que les positionnements politiques, portés par la présente motion, s’adressent à des dirigeants et ne ciblent, en aucun cas, les communautés et diasporas dans le monde."