Le phénomène des rodéos urbains ne reste pas impuni puisque de très nombreux véhicules ont été saisis.

Le confinement n’a manifestement pas fait en sorte de rendre les conducteurs plus raisonnables sur les routes bruxelloises, bien au contraire. C’est ce qui ressort de la réponse de la ministre de la Mobilité et de la Sécurité routière Elke Van den Brandt (Groen) à une question de la députée Bianca Debaets (CD&V), lors de la dernière commission Mobilité du Parlement bruxellois.

Au niveau des différentes zones de police bruxelloises, on constate principalement une augmentation du pourcentage de véhicules en excès de vitesse et aussi du nombre d’infractions les plus graves. D’autre part, le phénomène des rodéos urbains ne reste pas impuni puisque de très nombreux véhicules ont été saisis.

La zone de police Bruxelles Capitale Ixelles a enregistré une hausse significative de la vitesse moyenne des véhicules durant le confinement, et ce principalement dans les tunnels. Du côté de la zone de police Bruxelles Nord, il est question d’une augmentation de 14% par rapport à l’année passée (11.814 infractions de janvier à avril en 2019 et 13.440 de janvier à avril en 2020). Même constat pour la zone de police Ouest où l’on a enregistré une augmentation de 30% du nombre de conducteurs ne respectant pas les limitations de vitesse durant le confinement, alors que pour la zone de police Marlow le différentiel est de plus 11%. 

Au total, le Centre bruxellois du traitement des amendes a enregistré 16.678 infractions pour excès de vitesse durant le mois de mars et 14.603 en avril. Des chiffres auxquels il faut ajouter les données traitées directement par les zones de police elles-mêmes.

"Je suis satisfaite de constater que le centre de traitement des amendes, que j’ai lancé durant la législature passée, remplit parfaitement son rôle", explique Bianca Debaets, qui fut secrétaire d'Etat en charge de la Sécurité routière lors de la précédente législature. "Néanmoins, c’est préoccupant de découvrir que les conducteurs, durant cette période délicate, ne se sont pas montrés plus prudents. Beaucoup ont en fait profité du faible trafic pour rouler beaucoup trop vite, ce qui est bien sûr intolérable au niveau de la sécurité routière. Je tiens donc ici à féliciter les zones de police qui ont maintenu les contrôles de vitesse."

Saisies de véhicules après des rodéos urbains

Autre phénomène encore plus déplorable, celui des rodéos urbains. A plusieurs reprises, ces derniers mois, des Bruxellois se sont plaints de véritables courses automobiles organisées en pleine ville, provoquant des nuisances sonores et des situations très dangereuses. Un véritable fléau, essentiellement constaté à Laeken (Ville de Bruxelles) et à Schaerbeek et auquel la police s’est attaqué. La zone de police Nord a ainsi saisi un total de 29 voitures au cours des six derniers mois alors que la zone de police Bruxelles Capitale Ixelles a intercepté 6 véhicules avec comme bilan 6 retraits de permis et 4 saisies de véhicule.

"Des voitures engagées à toute vitesse en pleine ville représentent un véritable danger public", s’offusque Bianca Debaets. "Ils s’assimilent selon moi à des armes destinées à semer la mort et c’est la raison pour laquelle je plaide depuis longtemps pour que des saisies administratives soient pratiquées. Les bourgmestres et les zones de police en ont la capacité et je me réjouis que cette sanction soit appliquée car, combinée aux amendes, c’est manifestement le seul moyen qui existe pour que certains comprennent qu’ils se trouvent dans l’illégalité totale avec aussi tous les risques que cela comporte par rapport à la sécurité routière."