Le Brussels Gallery Weekend reviendra du 3 au 6 septembre séduire les amateurs et collectionneurs d'art le temps d'une 13e édition "très spéciale", qui se veut "riche en surprises et en nouveautés", indiquent mercredi les organisateurs de l'événement dans un communiqué. Au menu de week-end dédié à l'art contemporain, des expositions, un programme off, des projets initiés avec le monde associatif, un site web flambant neuf et l'expo Generation Brussels avec ses 12 jeunes talents, transformée en un parcours au fil des vitrines de magasins bruxellois vides. Des oeuvres de grands noms de l'art contemporain international tels que Lionel Estève, Lynda Benglis ou encore Richard Aldrich seront également à découvrir.

"Dans le contexte actuel, cela fut un vrai challenge de nous adapter pour pérenniser notre projet. La collaboration, les encouragements et la fidélité de tous nos partenaires publics et privés nous ont permis de tenir bon. Cela nous a vraiment fait plaisir, car cela montre le dynamisme et la résilience du secteur de l'art contemporain à Bruxelles", se réjouit Sybille du Roy de Blicquy, directrice du Brussels Gallery Weekend.

Afin d'assurer et de profiter de visites en toute tranquillité, le Brussels Gallery Weekend a mis en ligne un tout nouveau site internet. Celui-ci permettra en effet à chacun de réserver la tranche horaire de son choix pour certaines activités, mais aussi de découvrir les galeries depuis son canapé, ou encore de prendre part à différents ateliers créatifs en famille, expliquent les organisateurs de l'événement.

L'exposition Generation Brussels, qui met à l'honneur les jeunes talents de la capitale, se mue pour l'occasion en un parcours de vitrines de magasins vides, rappelant l'exposition "Driftwood, or how we surfaced through currents" d'Evelyn Simons à Athènes (Fondazione Prada, 2017).

Coronavirus oblige, les 38 galeries participantes ont prévu du gel, le port du masque, des pré-inscriptions ainsi qu'un lettrage uniformisé indiquant le nombre maximum de personnes par espace.