concours

Avec une taille 48 pour 1,72 m, la silhouette de Valérie Rose ne correspond pas aux diktats imposés par le monde de la mode Mais cela n’empêche pas cette mère de famille âgée de 37 ans de participer à un concours de beauté, le Belgium Maxi Model Award qui s’ouvre pour la première fois aux candidates francophones.

Poussée par ses meilleurs amis à s’inscrire, la Bruxelloise affirme s’être lancée dans l’aventure pour le plaisir mais aussi pour délivrer un message. "Je veux montrer aux femmes comme moi que ce n’est pas parce que l’on est ronde que l’on n’existe pas. La beauté n’a pas de poids !"

Et la candidate de pousser un coup de gueule : "A force de montrer des mannequins de 14 ans en faisant croire que ce sont des femmes, on va créer une génération de frustrées qui voudront ressembler à des femmes qui n’existent même pas puisque Photoshop est passé par là !"

Durant la compétition, les candidates seront maquillées, habillées et coachées pour défiler. "En étant mises en valeur, ces femmes prouveront que même si elles ne sont pas minces, elles sont très belles", indique Valérie Rose qui se défend d’être superficielle. "Cela permettra de rendre à ces femmes l’estime d’elles-mêmes. Chez de nombreuses candidates, on ressent une volonté d’affirmation."

Pour elle, ce concours sera peut-être aussi une façon de panser des blessures d’enfance. "Je suis ronde depuis que je suis gamine et j’ai souffert des remarques, d’être placée derrière dans tous les spectacles de danse Mais cela forge le caractère. Mes kilos, je leur dois beaucoup !"

Aujourd’hui bien dans sa peau, Valérie Rose tente de transmettre cette assurance à ses deux filles. "La plus jeune de 6 ans m’a dit que j’étais grosse. Je lui ai répondu : et alors ? Ce n’est pas pour ça que je ne suis pas belle !"

Si elle remporte ce concours, notre candidate représentera Bruxelles, une ville qui lui tient à cœur depuis longtemps : "J’ai grandi à Waterloo mais je sortais toujours à Bruxelles quand j’étais ado. J’aimais ce brassage des cultures, la vie nocturne. J’y vis maintenant depuis une douzaine d’années et j’aime toujours autant cette ville !"