Dès 14h, les autorités avaient bloqué l'accès à la place des Palais, craignant un envahissement des jardins royaux.

Il est 13h50 et le tram menant à la place Royale est bondé. Femmes, hommes, jeunes, personnes âgées, tous ont apporté leur chaise pour investir comme il se doit la place emblématique de la capitale. La manifestation du mouvement "extinction rebellion", rassemblement de désobéissance civile qui lutte pour une justice climatique a commencé à 14h à Bruxelles. Les manifestants resteront sur place pendant 24h.

"Je suis venue ici avec mes enfants, ma nappe de pique-nique et des livres pour tenir un maximum de temps avec eux", décrète Julie qui fait partie du mouvement depuis peu. "Je suis active dans la cause climatique depuis longtemps. Je pense que ce mouvement non violent revendique un message clair et fort: dire au gouvernement qu'il faut décréter l'urgence climatique et prendre des mesures."

Un peu plus loin, plusieurs groupes de manifestants se forment naturellement. Il s'agit de plusieurs assemblées populaires, nous explique Sarah, porte-parole du mouvement à Bruxelles. "Pendant ces 24h, tous les citoyens et citoyennes présents vont discuter de solutions concrètes pour réagir face à la crise climatique. Toute une série de thèmes seront abordés pour entamer une transition vers une société qui soit aussi bien socialement, qu'écologiquement. On estime qu'il faut que ça se fasse de manière la plus démocratique possible."

Dès 14h, les autorités ont bloqué l'accès à la place des Palais, craignant un envahissement des jardins royaux. "Nous avions annoncé vouloir investir la place des Palais mais ça n'a pas été possible. Nous ne sommes pas autorisés non plus à rester sur la place Royale mais nous somme agissons de manière totalement pacifiques et sommes en contact avec la police. Ils sont tout à fait au courant de notre action puisque notre stratégie est totalement transparente", conclut Sarah.

La police disperse les manifestants, une centaine d'interpellations

La police de Bruxelles a commencé en fin d'après-midi à évacuer les manifestants du mouvement Extinction Rebellion de la place Royale. Une auto-pompe a été mise en action et des manifestants ont reçu des jets de spray au poivre, a constaté l'agence belga sur place.

Alors que les manifestants se mobilisaient pacifiquement, les forces de l'ordre ont chargé à coups de matraque, gaz lacrymogènes, et pompes à eau vers 17h45. Une équipe de BX1 était parmi les militants et s'est retrouvée encerclée par la police.

Finalement, peu après 19h00, la police de Bruxelles a évacué l'ensemble des manifestants. Selon les premières constatations, plusieurs centaines de militants ont été interpellés. Ils ont été répartis en différents groupes avant d'être conduits dans les casernes de la police à Etterbeek où ils resteront maximum 12 heures. Certains manifestants ont bien essayé de résister pacifiquement mais ils ont fini par être embarqués par les forces de l'ordre.