Le gouvernement bruxellois a donné jeudi son feu vert à l'implantation de la piscine en plein air et du parc au bassin du Béco, en face du site de Tour et Taxis, dans une zone de la ville en cours de redéploiement. Selon le ministre Pascal Smet, les premiers plongeons devraient être pratiqués dans le courant de l'été 2010. La Secrétaire d'Etat en charge du Port de Bruxelles, Brigitte Grouwels, avait fait part de ses réticences à propos du devenir des entreprises du secteur de la construction actuellement implantées à cet endroit.

D'autres emplacements

Ces inquiétudes étaient partagées par les représentants de la communauté portuaire. Selon le cabinet du ministre bruxellois des Travaux Publics Pascal Smet, militant de la première heure de ce projet, les entreprises concernées se verront proposer d'autres emplacements par exemple quelques centaines de mètres plus loin.

Le projet de construction d'une piscine en plein air figure dans l'accord gouvernemental de la Région bruxelloise et dans l'accord de majorité de la Ville de Bruxelles. Une étude d'implantation a été menée l'an dernier. 14 endroits ont été étudiés et, aux dires de Pascal Smet, la localisation au quai du Béco, juste en face de Tour et Taxis, était de loin la meilleure proposition.

De nombreux critères plaidaient en faveur de ce choix : la superficie (2 ha, superficie pas toujours évidente à trouver en Région bruxelloise), bonne connexion avec le transport public, revitalisation d'un quartier, interactivité avec d'autres piscines existantes et un ensoleillement durant toute la journée.

Le ministre a par ailleurs insisté sur le fait que la piscine à ciel ouvert et le parc qui l'entourera constituent l'occasion unique de réintégrer un morceau du canal dans la ville et de développer un nouveau quartier, celui de Tour et Taxis sur lequel du logement et des bureaux seront construits au cours des prochaines années, offrant un énorme potentiel de développement d'activités génératrices d'emplois. Le concours d'architecture qui sera lancé devra encore faire des propositions pour la passerelle au-dessus du canal et pour la création d'une ligne de transport public via le site de Tour et Taxis.

Le budget de la construction de la piscine en plein air est estimé à 8 millions d'euros et celui de son exploitation à 350000 euros par an. 5 millions d'euros sont déjà réservés par Beliris, l'accord de coopération entre l'état fédéral et la Région bruxelloise.

Les négociations pour relocaliser les entreprises peuvent elles aussi commencer concrètement : "Le ministre Cerexhe, la secrétaire d'Etat Grouwels et moi-même mettrons un groupe de travail en place pour mener à bien cette procédure", a commenté à ce sujet le ministre Smet. La construction de la piscine proprement dite devra répondre à des critères écologiques. On étudiera la possibilité de la chauffer via l'énergie solaire ou via l'énergie fournie par l'incinérateur de Neder-over-Hembeek. (Belga)