Le chef de corps de la zone de Bruxelles-Capitale Ixelles, Michel Goovaerts, se chargera de la coordination depuis le nouveau centre de crise régional inauguré en septembre, a indiqué le gouvernement bruxellois jeudi. Une supervision multidisciplinaire est prévue entre différents services comme la police, les pompiers, le service d'inspection d'hygiène fédéral et la Stib, explique la haute fonctionnaire Viviane Scholliers Ndaya, qui qualifie le nouveau centre de crise régional d'"infrastructure efficace sur les plans techniques et fonctionnels", permettant "une communication optimale". "Comme les années précédentes, l'objectif est d'offrir un soutien à la police et de permettre aux différents services d'intervenir de façon coordonnée en cas d'incident", ajoute-t-elle.

"Avec le centre de crise, la Région veut donner une forme définitive à sa mission de coordination de l'ordre public", déclare le ministre-président Rudi Vervoort. "La grave crise sanitaire que nous traversons compliquera la tâche cette année. L'ouverture de ce centre de crise démontre l'engagement de notre Région et de tous les partenaires impliqués pour assurer la sécurité des citoyens bruxellois."

Le chef de corps Michel Goovaerts reconnaît pour sa part que le réveillon sera "exigeant" pour la police cette année. "Les efforts conjoints des différents services concernés, que leur travail soit visible ou non, garantiront une transition vers la nouvelle année sereine, sûre et pacifique", conclut-il.