Une première vague de distribution d'un lot de 800.000 masques en tissu (ou de confort) - sur les 3,5 millions prévus à Bruxelles pour lutter contre la propagation du coronavirus - a débuté mercredi en Région de Bruxelles-Capitale, a annoncé le cabinet du ministre-président, Rudi Vervoort.

La Région souhaite offrir un masque à chaque citoyen bruxellois. Une commande de 3,5 millions de masques a été effectuée conjointement par Bruxelles Prévention et Sécurité (BPS) et Iriscare, avec l'aide de hub.brussels pour l'établissement du cahier des charges et l'identification de producteurs à Bruxelles et en périphérie.

Une première vague de distribution d'un lot de 800.000 masques a eu lieu mercredi aux autorités communales, agents régionaux et communautaires bruxellois (administrations et organismes de la Région de Bruxelles-Capitale et des Commissions communautaires), les administrations communales et CPAS et les membres du personnel des associations non marchand social-santé au sens large.

Ces masques sont certifiés, en tissu lavable et réutilisables, bicouche avec la possibilité d'accueillir des filtres, a précisé le cabinet de M. Vervoort (PS) dans un communiqué.

Le gouvernement bruxellois souhaite, en accord avec la décision du Conseil national de sécurité (CNS) du 24 avril 2020 recommandant le port de masque par la population dans le cadre de la stratégie de déconfinement, que chaque citoyen ainsi que les agents régionaux et communaux bruxellois disposent d'au moins un masque réutilisable en tissu.

Cette distribution de grande ampleur se poursuivra dans les prochaines semaines par vagues successives. A terme, chaque citoyen bruxellois de plus de trois ans devrait être doté d'un masque régional d'ici la fin du mois de mai et de deux dans le courant du mois de juin.

Cette première vague de distribution est organisée en étroite collaboration avec Iriscare, Citydev ainsi que les autorités communales.

Il appartient de définir les modalités de distribution des masques à leurs administrés mais aussi à des structures comme les institutions régionales et des Commissions communautaires (Cocof, Cocom et Cocon), les communautés locales et CPAS, les maisons d'hébergement pour adultes, les services d'aide aux familles, les centres de réadaptation fonctionnelle (revalidation), les services d'accueil et d'hébergement dans le secteur du handicap. Mais aussi les maisons de soins psychiatriques, les collectivités sociales (maisons d'accueil et d'hébergement, abris de nuit, relais sociaux, etc.), les entreprises d'économie sociale, les initiatives formation - emploi organisées en asbl, et enfin les associations sportives, culturels, etc. reconnues.