Les habitants de la rue Villa-Hermosa, cette typique rue (devenue une impasse avec les siècles) de Bruxelles, sont furieux. Cette rue se situe à deux pas du Musée des instruments de musique (Mim). La raison de leur courroux : la pollution sonore et les inconvénients des fournisseurs du Mim et, surtout, du restaurant-terrasse, installé sans permis d'environnement.

Pour le moment, les bennes à ordures sont relevées tous les jours à 6 h du matin. Les fenêtres de tous les bâtiments donnant sur la rue sont en simple vitrage mais impossibles à changer car les façades sont classées. Quant aux fournisseurs, en journée, ils bloquent la rue, qui fait six mètres de large, ce qui rend les dépassements impossibles.

S'ajoute une nouvelle idée de la Région de Bruxelles : faire du bâtiment dit "1930", du culturel et... de l'Horeca. Le culturel, ce serait un centre didactique et la restauration d'un patio du 17e siècle qui compléterait les vestiges gothiques du musée Belle-Vue (entrée à droite du Palais Royal), dont la sortie se trouve rue Villa-Hermosa.

Autre mauvaise nouvelle pour les riverains, l'ajout de deux restaurants. Nous nous trouvons là à 25 mètres du Mim. Deux nouveaux restaurants, ce serait à nouveau le charroi, le bruit et les poubelles. Tout cela alors qu'une entrée existe,place Royale, là où on ne sait déranger personne !

Sous la houlette d'un habitant fraîchement arrivé mais autant dégoûté, soutenu par la trentaine de voisins de la rue, les riverains ont décidé d'aller en justice. Une plainte a été déposée contre les nuisances engendrées par le Mim et contre les projets Horeca.

Le vent commence à tourner. Les habitants ont été entendus concernant les restaurants du bas : interdiction d'y livrer quoi que ce soit, ni d'enlever des déchets par la rue Villa-Hermosa. La suite : une plainte contre l'absence de permis d'environnement du Mim...

(St.)