Grâce à la situation dans les hôpitaux, surtout en soins intensifs, et à l'avancée de la vaccination, on se dirige vers un assouplissement des mesures sanitaires, a indiqué jeudi la Commission Communautaire Commune. Selon l'institution bicommunautaire, le taux d'incidence (c'est-à-dire le nombre d'infections pour 100.000 habitants) diminue légèrement: il est passé de 278 le 27 mai à 274 le 03 juin.

Le nombre de tests PCR et tests antigènes effectués à Bruxelles passe à près de 40.000 unités. La CoCom constate également que le taux de positivité - la proportion de tests positifs par rapport à l'ensemble des dépistages effectués -, diminue, étant passé de 4,8% le 27 mai dernier à 4,2% le 3 juin.

La valeur R (le nombre d'infections provoquées par une personne malade) passe en-dessous de la barre de 1: elle était de 1,06 au 27 mai; elle était de 0,87 le 3 juin.

Au niveau des contaminations, le variant britannique (Alpha) diminue mais reste le variant le plus répandu en Belgique, avec un taux de 87,6% des contaminations. Le variant brésilien (Gamma) est le deuxième variant le plus répandu, avec un taux de 10,5%. Le variant indien (Delta) est à présent le troisième variant le plus répandu sur le territoire belge avec un taux de 1,3%. Le variant sud-africain (Beta) présente un taux de 0,9%.

Pour ces variants, mis à part le variant britannique qui reste dominant, la procédure de tracing d'usage est renforcée pour contenir leur propagation au maximum. En outre, plusieurs laboratoires ont pu ajouter le séquençage du variant indien au test PCR classique. Ce qui permet d'en détecter plus rapidement les cas de contamination en passant de 2 à 3 jours, contre de 14 jours à 3 semaines auparavant.

Toujours à Bruxelles, le nombre d'hospitalisations diminue fortement, étant passé de 206 le 27 mai à 163 le 2 juin. La courbe des hospitalisations suit la même évolution qu'au niveau national.

Le nombre de personnes en unités de soins intensifs dans les hôpitaux bruxellois est aussi en diminution, passant de 93 au 27 mai à 65 le 02 juin.

Le nombre de décès est plutôt stable. Il est passé de 16 le 27 mai à 18 le 3 juin.

Pour enrayer la propagation du virus et avoir un virus sous contrôle, il est essentiel de respecter les mesures de prévention liées au Covid-19 et les mesures en cas de symptômes ou de contagion : respecter les mesures sanitaires et les gestes barrière (par exemple, en privilégiant les activités en extérieur), se placer en quarantaine et se faire dépister dès l'apparition du moindre symptôme* et en cas de contacts à haut risque, se faire vacciner.

La combinaison de ces trois éléments pourra nous donner une perspective d'un retour à la vie normale, conclut la Cocom.