Il motive cette initiative par une volonté d'exprimer de la "solidarité avec la lutte contre l'homophobie, qui fait encore beaucoup trop de victimes". Sur Twitter, Philippe Close s'est dit lundi "horrifié par le crime odieux qui s'est passé ce week-end à Beveren. Cet acte nous rappelle que le combat contre l'intolérance est loin d'être terminé. L'homophobie n'a pas sa place dans notre pays ! Mes pensées vont aux proches et à la famille de la victime".

L'enquête est en cours. Le parquet de Flandre orientale n'a, pour l'instant, pas confirmé le mobile du crime, précisant lundi que "toutes les pistes étaient étudiées".

Plusieurs médias flamands pointaient dimanche un crime homophobe, pour lequel la victime aurait été attirée dans le parc au prétexte d'un rendez-vous via une application de rencontre. Le parquet n'a ni confirmé ni infirmé cette information jusqu'à présent.

Il a par contre indiqué lundi après-midi que les trois suspects auditionnés étaient âgés de 16 et 17 ans, et qu'ils s'étaient rendus eux-mêmes à la police.