Depuis le 15 octobre dernier, 39 705 infractions ont été constatées.

La mise en place de la zone apaisée chaussée d'Ixelles rapporte beaucoup d'argent à la commune. A l'occasion d'une question posée par le conseiller communal Geoffroy Kensier (CDH) à l'échevin en charge du dossier Yves Rouyet (Ecolo) hier soir au conseil communal, on a ainsi appris que plus de 35 000 amendes avaient été dressées depuis l'entrée en vigueur de la zone apaisée, qui interdit les voitures sur une partie de la chaussée d'Ixelles.

Renseignements pris auprès de parking.brussels, qui gère les amendes via ses caméras de surveillance, 35 180 amendes - soit plus de 230 amendes par jour ! - ont été validées, sur un total de 39 705 infractions constatées. A raison de 58 euros l'amende, le montant total atteint très exactement 2 040 440 euros, soit un peu plus de deux millions d'euros. Cette manne tombe directement dans les caisses de la commune, qui rétribue néanmoins les agents en charge de parking.brussels en charge du contrôle sur cette zone apaisée.

Autant d'amendes pour une seule artère pose questions. Les travaux à hauteur de la Porte de Namur et du côté de la place Fernand Cocq pourraient induire en erreur les automobilistes, pensant ne rien risquer à cause des chantiers. Mauvaise pioche.

Geoffroy Kensier s'étonne de cette rage taxatoire. "C'est le jackpot pour la commune ! Le plus interpellant est qu’il n’y ait pas de baisse significative du nombre d’infractions, ça peut continuer comme cela pendant longtemps." Et se demande s'il s'agit-là "d'une volonté délibérée de la majorité Ecolo-PS de ne rien faire ou de tarder à agir pour alimenter les caisses communales ? C’est une option et nombreux le pensent à Ixelles étant donné le peu d’empressement à rendre la signalisation claire et compréhensible. In fine, c’est le citoyen qui paye cette défaillance des autorités. Nous demandons qu’une meilleure signalisation soit mise en place dans les plus brefs délais."

Pour mémoire, les amendes stationnement rapportent environ 6 millions d'euros par an à la commune d'Ixelles. Si le nombre d'amendes continue à pleuvoir sur la chaussée d'Ixelles, la commune pourrait doubler son chiffre d'affaires en une seule année rien que grâce à la chaussée d'Ixelles...

Le conseiller communal CDH dénonçait par ailleurs le manque de clarté de la signalétique sur la chaussée d'Ixelles. Yves Rouyet a assuré que cette signalétique était légale mais qu'elle "était incompréhensible". Le problème doit être résolu entre la commune et Bruxelles-Mobilité.

© BELGA

La zone apaisée dans le quartier Saint-Boniface tue les commerces

L’ancienne majorité communale MR-PS a procédé, en septembre dernier, à une extension de la zone apaisée vers le quartier Saint-Boniface. Le périmètre comprend la rue Francart, la rue Saint-Boniface et la rue Ernest Solvay. Afin de veiller au respect de cette zone apaisée, des caméras qui contrôlent les plaques d’immatriculation via un système de reconnaissance ont été installées.

Désormais, rien que le fait de passer dans le quartier génère une amende. Ainsi, seuls les riverains ixellois qui ont leur plaque d’immatriculation enregistrée à la commune ne sont pas inquiétés. Tous les autres sont systématiquement verbalisés et le simple fait de circuler dans ce quartier entre 7h et 19h leur coûte une amende administrative de 58 euros.

Mais cette mesure a des conséquences dommageables pour les commerçants implantés dans ces trois artères. A titre d’exemple, le célèbre magasin d’appareil photo Campion, implanté depuis 1936 dans la rue Saint-Boniface, risque de fermer boutique endéans les deux mois. “J’ai perdu la moitié de mes clients depuis le mois de septembre et je risque de fermer boutique si la situation ne change pas”, déplore Alain Campion, le gérant. Un constat qu’il convient toutefois de nuancer lorsqu’à la lecture des comptes annuels du commerce, l’on réalise que la mauvaise santé financière de Campion date d’au moins 2015.

Selon Yves Rouyet (Ecolo), échevin de la Mobilité, tout est réglementaire en termes de signalétique, avec des panneaux clairement implantés au début de la zone apaisée interdisant l’accès aux voitures non ixelloises. “Mais il y’a encore trop de gens qui empruntent ce quartier car certains ne maîtrisent pas suffisamment le code de la route. Ils pensent que le panneau C3 signifie le début d’une circulation locale, or ce panneau interdit purement et simplement tout accès aux voitures. Pour éviter toute confusion, j’ai fait faire une nouvelle signalétique beaucoup plus simple et lisible où l’on écrit en toutes lettres le fait que la zone est interdite”, explique-t-il.

Enfin, il précise également que chaque automobiliste qui se gare dans le parking situé à proximité sera exonéré de toute verbalisation.