Le bourgmestre de la commune d’Etterbeek, Vincent de Wolf (MR) l’affirme : " On ne respecte pas assez les obligations de testing et de quarantaine après un retour d’une zone rouge. Dans notre zone de police, 37 % des personnes ne font pas les tests Covid. Quant aux obligations au sujet des quarantaines, on empêche les bourgmestres de faire leur boulot. "

Depuis plusieurs semaines, la participation des communes et des polices locales au contrôle du respect des obligations de testing divise la majorité bruxelloise PS-Ecolo/Groen Défi et l’opposition MR/N-VA. Et plus particulièrement le bourgmestre de la commune d’Etterbeek et le ministre régional de la Santé Alain Maron.

Au centre du débat, l’adoption par la majorité bruxelloise d’une ordonnance relative à la politique de prévention en santé. Selon Vincent De Wolf, l’ordonnance votée ne permet pas de lutter contre le non-respect de la quarantaine. Celle-ci prévoit que le bourgmestre peut faire traiter les données personnelles uniquement par le personnel communal : "Mais ça ne concerne pas la police et ça ne respecte pas l’esprit de la loi" , argue Vincent de Wolf.

Le bourgmestre considère que cette décision se heurte à l’accord de coopération du 24 mars 2021 ainsi qu’à une circulaire de la ministre de l’Intérieur du 15 avril dernier et à l’avis des procureurs généraux. "Je ne comprends pas comment on peut abuser à ce point d’une compétence. J’ai écrit une lettre à monsieur Maron pour dire que je mettais en cause sa responsabilité civile et pénale. Il empêche à un bourgmestre d’exercer sa compétence et de protéger les gens par rapport à la diffusion du virus."

Nous avons tenté de joindre le cabinet d’Alain Maron qui n’a pas souhaité nous répondre.