Le cdH, dans l'opposition à Bruxelles et en Wallonie, se fait pressant sur la nécessité selon lui d'organiser un dépistage généralisé du coronavirus dans les maisons de repos et centres d'hébergement de personnes porteuses d'un handicap, ainsi qu'un appui suffisant en termes de personnel. Après avoir écrit à la ministre wallonne de la Santé Christie Morreale en début de semaine, c'est du côté bruxellois que le parti humaniste se fait entendre jeudi. "Bruxelles a aussi besoin d'un plan d'urgence structuré pour les maisons de repos et les centres d'hébergement pour personnes handicapées", communique le cdH bruxellois.

Ce plan d'urgence devrait être "similaire" à celui qui a été annoncé mercredi en Wallonie par Christie Morreale. Dans le sud du pays, il a été décidé d'organiser à court terme un appui concret de l'armée et de la protection civile là où la situation est problématique, donc dans les maisons de repos où l'on manque de personnel et où les cas se multiplient. Un appel au personnel de santé disponible a également été renouvelé.

A Bruxelles, du personnel soignant de l'armée a déjà été envoyé, sur réquisition, dans une maison de repos de Jette où il ne restait que quelques travailleurs pour plusieurs dizaines de résidents. Il s'agissait d'une maison de repos "particulièrement en crise", a précisé le ministre bruxellois Alain Maron jeudi matin au micro de Bel RTL. "Nous ne nous interdisons aucune option pour la suite. Nous allons structurer cette relation avec l'armée autant que possible (...) et nous voulons monter en puissance car la situation dans les maisons de repos est problématique", ajoutait-il.

Selon la cheffe de groupe cdH au Parlement bruxellois Céline Frémault, il faut un "plan d'urgence structuré et complet" qui couvre la livraison de matériel (de protection, entre autres), la planification d'un dépistage complet dans les établissements d'hébergement et de soins, et la mise en place immédiate d'une structure intermédiaire entre les hôpitaux et les institutions d'hébergement.

"A l'heure actuelle, seules 12 maisons de repos vont faire l'objet d'un testing sans que les Bruxellois ne puissent pour autant savoir comment et à quel rythme l'ensemble des 146 institutions seront aidées en terme de dépistage", déplore-t-elle.

Jeudi matin, la cheffe de groupe cdH à la Chambre Catherine Fonck avait appelé en radio, sur Bel RTL, à "geler les retours d'hospitalisation vers les maisons de repos et les domiciles, en créant dans les hopitaux des unités de patients âgés positifs au coronavirus". Une prise en charge plus longue doit "éviter de reporter les soins aigus vers les maisons de repos", estime-t-elle.