Pour l'ouverture prochaine de sa deuxième unité de soins intensifs dédiée au Coronavirus, le CHU Saint-Pierre continue d'appeler aux dons afin de pouvoir acheter une dizaine de respirateurs.

Cette unité, mise en place en moins de 48 heures, a besoin de dix nouveaux respirateurs pour soigner les patients les plus sévèrement atteints du coronavirus. Chaque respirateur coûte environ 50.000 euros.

Submergé de messages provenant d'entreprises et d'autres personnes qui souhaitaient faire des dons, l'hôpital Saint-Pierre a créé un partenariat avec la fondation Roi Baudouin car il n'était pas structuré juridiquement pour la réception des dons. "On ne voulait pas négliger cette proposition du public et on en a profité pour faire une offre publique", précise Philippe Leroy, directeur général du CHU.

Ce mercredi soir, le CHU a lancé un appel aux dons. Les citoyens, ainsi que quelques entreprises ont répondu présents et on déjà permis de récolter une belle somme. Mais contrairement à ce qui nous avait été annoncé plus tôt dans la journée par le porte-parole de Philippe Close, les dons des citoyens n'ont pas encore réussi à couvrir l'intégralité des frais.

Si ces dons n'étaient pas parvenus à l'hôpital, le CHU aurait acheté ce matériel avec son propre argent: "Nous ne sommes pas un hôpital riche mais nous n'avons pas de problème d'argent", a précisé Philippe Leroy. "Nous voulions que le public sache à quoi seraient affectés les dons. Leur générosité permettra à l'hôpital d'amortir ce surcoût."  

Les dons, toujours ouverts, sont déductibles fiscalement dès que le montant dépasse les 40 euros.

© CHU ST PIERRE