Le CPAS de Bruxelles-Ville a décidé de fermer son service de soins (infirmiers) à domicile, "de manière brutale et sans concertation avec son personnel", dénonce mardi le syndicat socialiste CGSP. 

"Il s'agit d'un service unique dans la lutte contre la précarité mais également dans la prévention sanitaire et psycho-médicosocial", relève le syndicat. Il affirme de plus que le service est "plus que nécessaire" pour permettre le maintien à domicile des personnes âgées.

"On nous promet de réorienter nos patients de la matière la plus optimale possible. Or, le service des soins à domicile garantit une approche coordonnée du soin qui n'est pas à remplacer par une somme d'autres services", estime la CGSP.

En outre, la décision est prise "au moment où le coronavirus met à l'épreuve l'infrastructure des soins de santé dans notre pays", déplore-t-elle encore.

Le syndicat demande "une discussion ouverte et transparente".