Il sera un lieu de formations, d’approfondissement spirituel et d’engagement destinés aux laïcs.

Ce samedi soir, c’est un lieu qui souhaite jouer un rôle important au sein de la société bruxelloise qui sera inauguré à l’église Saint-Jean-Berchmans d’Etterbeek (sur le site plus connu du collège Saint-Michel).

Lancé à la suite de la fermeture en juin dernier de l’Institut d’études théologiques (IET), le Forum Saint-Michel entend en effet s’adresser à un large public - "aux chercheurs de sens et de Dieu" précise son directeur, le jésuite Bernard Pottier - avec une offre diversifiée. L’objectif étant de "nourrir sa foi au cœur de la cité".

Formation, vie spirituelle et engagement

Le Forum s’organisera autour de trois pôles : la formation ; la spiritualité ; la culture et la société.

Dans le cadre de la formation, le Forum proposera des cours en soirée, aux thématiques elles aussi très diverses. Ainsi, Bernard Pottier s’interrogera et développera une critique de l’information contemporaine. D’autres cours seront consacrés à l’histoire de l’Église, à l’enseignement du grec biblique ou hébreu, ou encore - parmi d’autres propositions durant le premier semestre - à un éclairage de l’Évangile de Matthieu.

"L’objectif du Forum, avec une offre multiple, est aussi de montrer que la foi et la spiritualité chrétienne englobent toutes les dimensions de la vie", précise Tommy Scholtès, préfet de l’église Saint-Jean-Berchmans. À cet effet, le pôle "Pastorale et spiritualité" du forum mettra à disposition cinq chambres pour des retraitants qui voudraient prendre un temps de silence au cœur de la ville. Mais ce pôle développera aussi des matinées "Oasis" le samedi matin pour les familles, des cours de poterie, des groupes de prière, de lecture biblique, des témoignages…

Comme pour les cours, ces moments d’échanges seront fidèles à la pédagogie jésuite, et plus encore à celle qui a été développée à l’IET. Loin d’être uniquement des cours ex cathedra, la formation se fera régulièrement en petits groupes de discussions. "Lors de ces discussions, chacun doit sortir ses cartes. Du coup on se frotte parfois, mais on accueille, on affine, on nuance et on s’engage dans un vrai dialogue. C’est une des meilleures manières pour élaborer sa pensée", se réjouit Bernard Pottier.

Enfin, après la formation et l’approfondissement de la spiritualité personnelle, le pôle "Culture et société" encouragera à l’engagement de chacun dans la cité, et connectera le Forum à une multiplicité d’acteurs et d’organisations. S’y développeront des expositions culturelles, des concerts, des colloques ou des projets d’accueil et d’intégration de réfugiés, par exemple.

"Réfléchir sa foi, enraciner une vie spirituelle personnelle et, avec d’autres, chercher à mieux s’engager", tels seront les objectifs du Forum Saint-Michel, résume une brochure qui le présente. "Le tout selon une approche jésuite, mais pas que", insiste Tommy Scholtès.

Vers les centres culturels chrétiens

Au-delà de ce projet en tant que tel, le Forum est intéressant en ce qu’il permet de comprendre comment l’Église peut transmettre sa foi et son message dans une ville d’aujourd’hui. Sans doute ce lieu inédit à Bruxelles que sera le Forum, permettra de jauger la pertinence et le succès de "centres culturels chrétiens" - pour reprendre l’expression du cardinal français Paul Poupard cité par Tommy Scholtès - et des lieux "tiers". C’est dans de tels lieux qui sont amenés à se multiplier aux côtés des paroisses, que l’Église pourrait "déployer la richesse de sa pensée", écrivait récemment dans la revue Études le professeur de théologie à l’UCLouvain, Arnaud Join-Lambert.


Le Forum Saint-Michel sera inauguré ce samedi soir par une messe à 17 h 30 suivie d’un concert et d’une conférence à l’église Saint-Jean-Berchmans (boulevard Saint-Michel 24 - 1040 Bruxelles). Toutes les informations sont disponibles sur le site: www.forumsaintmichel.be