Dans le polémique dossier du survol, les libéraux bruxellois ont décidé d’entrer en piste en adoptant officiellement une position forte pour défendre la sécurité et la santé des Bruxellois. Lors de la prochaine Conférence des bourgmestres, les cinq maïeurs MR de la capitale proposeront une motion adressée aux pouvoirs régional et fédéral.

Relativement discrets sur la question depuis que le MR gère cette compétence au niveau fédéral, Philippe Pivin (Koekelberg), Hervé Gillard (Ganshoren), Vincent De Wolf (Etterbeek), Françoise Schepmans (Molenbeek) et Armand De Decker (Uccle) tiennent visiblement à gagner en visibilité sur ce terrain. "Le MR bruxellois a sa propre identité et son autonomie. Nous avons le droit de nous exprimer sur ce dossier et nous ne pouvons pas être absents de ce débat. On s’était donné un délai d’un an pour que chacun puisse se positionner", explique le chef de groupe au parlement bruxellois Vincent De Wolf.

Concrètement , la motion qui sera présentée ce mercredi à tous les bourgmestres de la Région prévoit de demander au gouvernement fédéral de confirmer de manière absolue le principe de non survol des zones densément peuplées; d’étendre la période dite de nuit de l’aéroport de 22h à 7h; de considérer le caractère urbain de l’aéroport de Bruxelles-National et de développer la stratégie aéroportuaire nationale en vue d’une meilleure répartition du fret et de l’activité low-cost. "Nous avons un aéroport de ville, comme le Bourget à Paris. Il faut que les compagnies aériennes comprennent que Bruxelles a un aéroport trop proche. Nous devons vivre avec Zaventem, mais nous devons à tout le moins l’adapter", commente Armand De Decker.

En ce qui concerne l’utilisation des routes et des pistes, la motion prévoit donc d’exiger du fédéral de reconnaître la zone du Canal comme étant prioritaire en termes de développement économique et résidentiel et de mettre, en conséquence, un terme définitif à son survol. Le MR bruxellois veut également que le fédéral reconnaisse définitivement l’usage préférentiel de la piste 25R pour les atterrissages et qu’il contraigne l’exploitant de l’aéroport à reculer la piste 25L vers l’est de manière à permettre les décollages par le virage à gauche sans survoler la capitale.

Les cinq bourgmestres MR demandent également à la ministre de la Mobilité Jacqueline Galant d’instaurer, dans les meilleurs délais, l’organisme de contrôle indépendant et de veiller, sans délai, au respect strict du moratoire ordonné par la justice le 31 juillet 2014. Enfin, il est notamment demandé au gouvernement régional de mettre un terme aux seuils de tolérance assouplissant la réglementation bruxelloise relative aux normes de bruit.