Le député bruxellois Gaëtan Van Goidsenhoven (MR) a avalé son café de travers, jeudi matin, en découvrant dans La Libre les propos de la coprésidente d’Écolo, Rajae Maouane, au sujet du sort à réserver à la friche schaerbeekoise Josaphat. Cette parcelle de terre de 24 hectares laissée à l’état de friche pendant plusieurs décennies fait aujourd’hui l’objet d’un grand projet d’urbanisation (1 600 logements assortis d’écoles, de centres sportifs et culturels et d’un espace vert) de la part du gouvernement bruxellois. Ce projet, avalisé en première lecture sous la précédente législature, est actuellement revu et corrigé par le nouvel exécutif… que les écologistes ont intégré en 2019. Mais selon l’opposition libérale, Écolo tient un "discours schizophrénique" dans ce dossier, tantôt au Parlement bruxellois, tantôt dans les rangs de la coprésidence.

"Rajae Maouane déclare vouloir sauvegarder la friche Josaphat et sa biodiversité urbaine, très bien. Mais qu’elle nous dise comment y parvenir", fulmine celui qui a déposé une proposition de résolution (qui vient d’être recalée par la majorité) visant à créer une réserve naturelle sur la partie ouest de la friche Josaphat. "Les écologistes ne sont pas capables de passer de l’incantation à l’action. Cela fait désormais deux ans qu’ils ont rejoint la majorité bruxelloise et nous n’avons pas vu un seul projet urbain important sur lequel ils ont réussi à obtenir un réel changement de cap pour ce qui concerne la présence de la nature en ville. Sur la friche Josaphat comme sur d’autres dossiers, Écolo capitule à nouveau devant les injonctions du ministre-Président socialiste Rudi Vervoort", fustige le libéral.