Le 30 décembre dernier, la commune de Watermael-Boitsfort mandatait un architecte pour préparer des "esquisses" du futur réaménagement de la place Keym. La présentation de ces esquisses au collège était initialement prévue pour le 30 avril mais elle a été repoussée au 11 mai.

Alors que les détails du projet n’ont pas encore été présentés, les commerçants de cette place emblématique de Watermael se mobilisent déjà contre les futurs travaux. Ils estiment qu’une refonte de la place est nécessaire mais craignent pour son accessibilité.

Car l’une des lignes directrice du projet prévoit la place comme une zone de rencontre, soit un espace avec un revêtement au sol unique et que se partagent tous les utilisateurs (piétons, vélos, voitures, etc.), un peu sur le modèle de la place communale de Molenbeek.

Un piétonnier déguisé ?

Les commerçants ont donc la crainte que la place ne soit en fait qu’un piétonnier déguisé. De quoi susciter l’inquiétude des 68 commerces du shopping de la place Keym et de ses alentours. Ils ont lancé une pétition qui à ce stade a largement dépassé les 2 000 signatures.

"Il est clair que la place doit être refaite. Les dalles se déchaussent, il y a des trous partout et le revêtement est particulièrement glissant par temps pluvieux", explique Roland Martin Diaz, gérant d’un magasin de vêtement dans la galerie. "Mais nous craignons que la fameuse zone de rencontre ne devienne un piétonnier et que les véhicules n’aient plus accès au parking à moins de faire un large détour", s’inquiète le commerçant.

Pour lui, en termes de mobilité, mieux vaut s’en tenir au statu quo et conserver les rues qui traversent la place. "Watermael-Boitsfort a un côté village. Il n’y a jamais eu de problèmes de voitures ici. Nous sommes une des seules zones de la commune où les commerces sont regroupés et nous avons la visite de nombreuses personnes âgées. L’accessibilité doit être maintenue au risque de devenir une galerie morte", ajoute le gérant, présent sur la place depuis 17 ans.

Pour lui, si l’accès au magasin en voiture est limité, la place perdra énormément de clients. "Le site propre du bus a supprimé une trentaine de places de parking, lors des précédents travaux sur la place, on en a supprimé une soixantaine. Notre crainte, c’est qu’on en supprime encore", note le commerçant

Outre cette zone de rencontre, la commune aimerait limiter le débordement des étalages et les terrasses des cafés et restaurants dans l’espace public avec la mise en place de mesures physiques qui permettent clairement de délimiter leur emprise maximale au sol.