La demande de classement bloque les permis pour des mois.

L’annonce du projet de construction d’un parking sous la place du Jeu de Balle aura réveillé les esprits, les habitants du quartier et ses commerçants s’opposant fortement à ce parking qui selon eux, allait dénaturer la place et l’empêtrer dans d’interminables travaux. La mobilisation a permis également de redécouvrir que sous la place, se trouvait un témoignage oublié de la Seconde Guerre mondiales : un grand abri antiaérien parfaitement conservé.

Pour ces raisons, deux associations, Pétitions-Patrimoine et Plateforme Marolles ont décidé d’introduire une demande de classement de la place et de ses alentours. "Au moment de l’annonce du projet de parking, beaucoup de gens se sont demandés comment ce projet était possible et on a tous découvert que rien n’était classé sur la place. Même l’ancienne caserne des pompiers, œuvre de l’architecte Joseph Poelaert, ne bénéficie d’aucune protection", s’étonne Gwenaël Breës de Plateforme Marolles.

Ils ont donc réuni en quelques jours les 150 signatures nécessaires à une demande de classement par pétition. Elle a été remise mardi aux autorités régionales. "Avec cette pétition, la Commission royale des Monuments&Sites (CRMS) sera tenue d’examiner la demande et d’émettre un avis. Le Gouvernement devra en tenir compte", explique encore le militant.

Cette démarche est en fait un véritable coup dur pour la Ville de Bruxelles et son parking car la CRMS a entre 6 mois et 2 ans pour remettre son avis et en attendant, aucun permis ne peut en théorie être délivré. Impossible dans ces conditions, comme l’avait prévu la Ville, de désigner un concessionnaire pour le mois août et de terminer les travaux pour 2018.

"Avec cette demande de classement, le timing infernal de la Ville de Bruxelles pour construire son parking devient intenable. De toute façon, il est inutile, socialement insupportable, par les mutations sociologiques qu’il pourrait entraîner pour les habitants et les commerces", fustige Marie Nagy, conseillère Ecolo.

Outre la place qui accueille quotidiennement le Vieux Marché depuis 1873, la demande de classement concerne aussi l’église de l’Immaculée Conception, la demeure du sacristain qui la jouxte, les anciennes casernes et l’ancien abri anti-aérien se trouvant sous la place.