A la Ville de Bruxelles l'interdiction entrera en vigueur le 1er avril prochain.

Les 19 communes de la Région bruxelloise ont ou vont interdire, par le biais d'un arrêté du bourgmestre, la possession et l'utilisation du protoxyde d'azote a des fins récréatives.

La Ville de Bruxelles a pris son arrêté du bourgmestre lors de son collège du 9 janvier dernier, a précisé le maïeur bruxellois Philippe Close ce soir au conseil communal. La décision doit encore être validée par le conseil de police prevu à la fin du mois de février. L'interdiction, sur le territoire de la Ville de Bruxelles, sera effective à partir du 1er avril prochain.

Face a l'ampleur du phénomène sur son territoire, la commune d'Anderlecht a récemment lancé un plan de sensibilisation auprès de sa jeunesse. Elle devrait désormais passer la vitesse supérieure.

Ce composé chimique également appelé gaz hilarant est de plus en plus utilisé par les jeunes. Encapsulé et en vente libre dans la grande distribution, ce gaz est utilisé par les pâtissiers et les boulangers. Son usage est détourné par les jeunes, au mépris des dangers pour la santé.

Les effets à court terme sont rapides. Ils commencent quinze à trente secondes après l'absorption et se terminent au bout de deux à trois minutes.

Ce gaz provoque une sensation d'euphorie et de bien-être, une désinhibition, des effets de flottements et des distorsions d'euphorie. A long terme, les conséquences peuvent s'avérer bien pire