Toutefois, le temps de trajet pour se rendre quelque part n'a pas été allongé pour autant. "Les gens roulent juste plus calmement", affirme la ministre bruxelloise de la mobilité Elke Van den Brandt (Groen). Les résultats de la mise en œuvre de la zone 30 à Bruxelles sont encourageants. Le temps moyen de déplacement n'a pas augmenté de manière significative. Concrètement, le temps de trajet sur neufs itinéraires représentatifs a été mesuré. Sur aucun tronçon, la durée du déplacement n'est supérieure de 10% par rapport à avant.

Le plus surprenant est l'effet sur la vitesse. Partout dans la région, les automobilistes roulent plus lentement. Sur les routes où la limite de vitesse a été abaissée, c'est un résultat logique. Mais même où la limite reste identique, la vitesse moyenne a aussi chuté de 9%, selon des mesures effectuées en 10 lieux.

Là où les automobilistes devaient déjà s'en tenir à 30 kilomètres par heure (km/h), ils roulent à 26,6 km/h contre 29,1 km/h. Là où ils pouvaient toujours rouler à 50 km/h, ils roulent à 36,7 km/h contre 40,4 km.

"Ce sont encore des chiffres provisoires, donc nous devons faire de prudence dans les conclusions à en tirer", selon la ministre Van den Brandt. "Toutefois, ils indiquent clairement que la zone 30 a un impact sur le comportement de conduite général à Bruxelles. Les automobilistes conduisent plus calmement. Nous espérons aussi voir de la sorte moins d'accidents et de victimes de la route", ajoute-t-elle.