Pour la Ville de Bruxelles, la situation est claire : la décision du Conseil national de sécurité de limiter à 200 personnes les événements en extérieur rend impossible la tenue de la Foire du Midi. L’annulation de l’événement incontournable de l’été bruxellois est donc maintenue par les autorités locales. Une décision que le bourgmestre Philippe Close (PS) et l’échevin du Commerce Fabian Maingain (Défi) ont expliqué aux forains ce mardi matin.

"Le sens des décisions du CNS et les chiffres de la reprise Covid nous semblent très clairs : la Foire du Midi est annulée cette année. Nous allons essayer de trouver des solutions avec les forains pour les soutenir, a expliqué l’échevin. C’est tout un secteur économique qui est pénalisé par la crise, nous leur avons donc proposé d’intervenir dans leurs frais de montage."

Mais du côté des forains, c’est encore l’incompréhension qui règne. "L’arrêté ministériel du 30 juin indique que les foires et marchés ne sont pas des événements. Nous ne pensons donc pas être concernés par la limite de 200 personnes. Mais durant la conférence de presse, c’était très ambigu. Nous demandons à la chancellerie de la Première ministre de clarifier cela", a annoncé le représentant du syndicat des forains Dimitri Delforge au sortir de la réunion.

Extrêmement déçus par la position de la commune, les forains ne perdent cependant pas espoir : pour eux, la Foire du Midi peut encore avoir lieu. "La rencontre de ce matin était une réunion d’information, pas de négociation. Nous allons nous réunir entre nous pour voir quelles solutions on peut proposer à la commune et revenir vers elle, affirme-t-on du côté de la friterie Vandermeulen. Nous sommes là pour discuter et montrer qu’on peut organiser la foire en respectant les mesures de sécurité."

Avant la réunion, le représentant des forains Patrick De Corte a rappelé le protocole de sécurité prévu avec les autorités. "On peut tout à fait organiser la foire de manière safe par rapport au corona. Toutes les mesures de sécurité via notamment le recours au gel hydro-alcoolique, un comptage, un plan de circulation, des stewards et une présence policière étaient prévues sur place."

Fortement touchés par la crise, les forains craignent l’effet boule de neige. "L’annulation de la Foire du Midi ne concerne pas seulement Bruxelles : elle pousse d’autres villes à fermer des foires plus petites, ce qui est catastrophique pour le secteur. Si on ne fait rien, le secteur va tout simplement disparaître."

Demandant à pouvoir continuer à travailler comme les marchés, les forains sont bien décidés à faire entendre leur voix. "On est dans une incompréhension totale qui se transforme en colère. On va envisager des actions, comme des blocages, à mener dans le pays. Et on ne démontera pas nos installations."