Les gardes forestiers poussent un coup de gueule. Selon eux, tous les parcs devraient être fermés.

Nombreux sont les Bruxellois qui ont profité de ce samedi ensoleillé pour aller se promener ou faire du jogging dans les espaces verts de la capitale. Mais en cette période de confinement, les règles sont strictes : il est interdit de s’asseoir sur un banc ou de s’arrêter pour manger. Du côté du parc de la Woluwe, des policiers patrouillent afin de garantir le bon respect de ces règles de base.

"Nous ne sommes sortis qu’une seule fois à l’extérieur depuis le début de la semaine pour faire des courses et on tenait à prendre un peu d’air frais, d’autant plus que le soleil est de la partie", expliquent Raoul et Nikita. "Le fait que les parcs restent ouverts est une très bonne chose. Je pense notamment aux gens qui souhaitent promener leur chien. On n’a vu personne pique-niquer ni se rassembler en groupe. Tant que les personnes gardent les distances de sécurité, il n’y a pas de problème."

Alan s’est lui fait interpeller par la police car il était assis sur un banc. "On voulait prendre un peu l’air pour se changer les idées. Heureusement que les parcs restent ouverts ! En revanche, les policiers veillent au grain et alors que nous étions assis sur un banc, ils nous ont demandé de partir et de rester en mouvement", explique-t-il.

En revanche, les gardes forestiers rencontrés ce samedi ne mâchent pas leurs mots. Selon eux, les gens sont "inconscients" de sortir et ils ne mesurent pas la gravité de la situation. Ils estiment que le gouvernement aurait dû interdire purement et simplement l’accès à tous les parcs. "C’est du grand n’importe quoi ! Les gens ne respectent rien. Des gens ont craché à côté de moi, les cyclistes soufflent comme pas possible, les gens continuent de se réunir. Les policiers font des contrôles réguliers mais lorsqu’on demande aux gens de bouger, ils s’exécutent mais deux minutes après, d’autres viennent s’installer. On dirait qu’il ne se passe rien."

"On n’a jamais vu autant de coureurs ! Il y en a plus que durant les 20 km de Bruxelles. Le problème c’est que les gens qui sortent aujourd’hui seront dans 14 jours à l’hôpital", expliquent les gardes forestiers occupés à mettre des affiches pour rappeler les consignes de base.