Du mini-foot afin de réduire le fossé entre les forces de l’ordre et les jeunes.

Ce mercredi après-midi, quatre équipes de mini-foot composées de policiers de la zone Midi (Anderlecht, Forest, Saint-Gilles) et de jeunes Anderlechtois se sont affrontées dans la salle omnisports Henri Simonet, à côté du stade d’Anderlecht. Une initiative originale visant à rapprocher la police et les jeunes, dont les rapports ne sont pas toujours au beau fixe.

La commune d’Anderlecht et la zone de police désirent, par l’organisation de ces rencontres, rapprocher les policiers et les jeunes, en offrant à ces derniers un moment informel pour discuter avec les membres des forces de l’ordre, et créer un lien privilégié et de qualité.

Ce type d’initiative est une aubaine pour permettre d’adoucir les relations entre la police et les jeunes, estime Jamila Mesbahi, membre du service Prévention à la zone de police Midi. "On connaît les tensions qui peuvent exister entre la police et la population, et le sport est un bon moyen de résorber le fossé. On a donc décidé d’organiser un tournoi de mini-foot avec également la présence de filles. Cet événement est une première en région bruxelloise. Les onze policiers et les jeunes jouent ensemble dans la même équipe et cela permet de créer une chouette ambiance entre eux", explique-t-elle.

Créer des interactions et du respect

Jelle Van Den Hende est policier au sein de la police de proximité Virtus et a décidé de participer à l’événement. "Le but est de créer plus d’interactions entre les jeunes et la police par le biais du sport. Cela permet de créer du respect entre nous. À terme, l’idée serait de pérenniser cet événement avec des policiers venant d’autres services que le nôtre, et si possible avec d’autres sports."

Une deuxième édition prévue

L’échevin de la Prévention et de la Sécurité urbaine Alain Kestemont (Défi) était sur place afin de soutenir cet événement. "Toute initiative visant à rapprocher la police des jeunes de nos quartiers est essentielle au développement de la politique de prévention communale. Nous espérons pouvoir pérenniser cette initiative afin de construire les bases d’une relation sereine entre les jeunes et les forces de police, qui profitera à l’ensemble des habitants anderlechtois." Une deuxième édition est d’ores et déjà prévue le 22 avril prochain.