À plusieurs reprises, les soldats du feu ont été caillassés et ciblés par des cocktails Molotov lors d’interventions ces derniers jours dans le quartier des Marolles. À la suite de ces incidents, le Service d’incendie et d’aide médicale urgente (Siamu) de la Région de Bruxelles-Capitale a repensé sa façon de travailler.

Les services de pompiers bruxellois ont ainsi décidé de collaborer, dès samedi, avec les différentes zones de police lorsqu’ils interviennent sur le terrain. Cette collaboration ne sera cependant pas permanente. Elle aura lieu seulement si nécessaire, et après évaluation de la situation. Si tel devait être le cas, les pompiers et les policiers se rendront ensemble sur les lieux de l’incident.

Ces dispositions concernent l’entièreté de la région bruxelloise où l’on constate une escalade de la violence à l’égard des soldats du feu. Selon le permanent du Syndicat libre de la fonction publique, Eric Labourdette, "43 pompiers ont subi une agression alors qu’ils étaient en mission au cours de l’année 2019. C’est environ un quart de plus par rapport à 2018".

Par ailleurs, une plainte contre les fauteurs de troubles a été déposée par la direction du Siamu.