Si vous roulez à Bruxelles, vous aurez sans doute remarqué la présence, depuis le mois de juin, de nouveaux radars semi-mobiles installés sur les grands axes (Ring, tunnels, boulevards, etc.). 

Après la Wallonie, les caméras Lidar sont désormais testées en Région bruxelloise afin de lutter contre les excès de vitesse qui, rappelons-le, sont à l’origine d’un tiers des accidents de la route. Ces caméras sont impitoyables envers les automobilistes qui ont tendance à appuyer trop fort sur le champignon. En effet, celles-ci calculent et vérifient la vitesse des véhicules à une distance de 20 mètres, ce qui rend les freinages appuyés de dernière minute complètement inefficaces pour éviter l’amende. Les résultats définitifs de ces contrôles ne sont pas encore connus mais voici un premier bilan.

C’est la zone de police Nord qui a testé en exclusivité le premier Lidar bruxellois. Installé du 4 au 11 juin sur la chaussée de Haecht à hauteur du no 1030, l’appareil a mesuré la vitesse de 63 600 véhicules dont 431 ont reçu une amende pour excès de vitesse. Le record a été atteint par un automobiliste circulant à 107 km/h au lieu des 50 km/h autorisés.

Ensuite, le Lidar a été installé du 4 au 11 juillet dans le tunnel du Cinquantenaire en direction du centre-ville. Sur les 111 216 véhicules contrôlés, on dénombre 85 procès-verbaux et 216 perceptions immédiates. Cette opération a également permis de verbaliser 15 poids lourds présents dans les tunnels. "Les tunnels bruxellois à l’exception du nouveau tunnel Otan sont interdits aux camions dont le poids en charge dépasse 3,5 tonnes et à ceux qui transportent des matières dangereuses", rappelle au passage Camille Thiry, porte-parole de Bruxelles-Mobilité.

Les chiffres sont plus impressionnants pour la semaine du 30 juillet au 6 août lorsque le Lidar se trouvait sur le Ring intérieur, en direction d’Anderlecht, où la vitesse est limitée à 90 km/h. Sur les 265 555 véhicules contrôlés, 2 978 étaient en excès de vitesse.

Jusqu’ici, tous les systèmes Lidar installés en Wallonie avaient été vandalisés. Certains ont été brûlés tandis que d’autres ont reçu des coups. A Liège, il y a même eu des tirs de Kalachnikov. Mais dans notre capitale, le Lidar n’a subi aucun vandalisme. Il faut dire que le Lidar bruxellois est différent de ceux placés précédemment en Wallonie puisqu’il s’agit du premier modèle blindé du pays.