A l'appel de la plate-forme Urgence Gaza, plus de 250 personnes, selon la police, se sont rassemblées, vendredi de 17h30 à 19h00, devant le ministère des Affaires étrangères, pour demander au gouvernement belge d'exercer une pression sur Israël afin que soit levé le blocus imposé à la bande de Gaza. Au milieu de gigantesques drapeaux de la Palestine, des cris appelant à la solidarité avec le peuple de Gaza se sont élevés. Les manifestants ont observé une minute de silence en hommage aux 2.101 Palestiniens tués entre le 8 juillet et le 26 août.

La plate-forme Urgence Gaza relève qu'Israël refuse l'entrée des matériaux de construction alors qu'au moins 108.000 Palestiniens ne peuvent retourner dans leur habitation de par leur état de destruction. Elle souligne également que plus de 10.224 blessés ont aujourd'hui besoin de soins et de ravitaillements et qu'environ 475.000 personnes ont été déplacées.

Nathalie Janne, porte-parole de l'association Belgo-palestinienne, défend que le cessez-le-feu à durée indéterminée n'amoindrit pas l'urgence de la situation humanitaire. "On va rester mobilisés parce qu'il faut que ce blocus finisse par être levé. L'Europe a demandé en vain la levée du blocus en 2009 à la suite de l'opération Plomb durci qui a fait 1.400 morts. Après l'opération de 2012 qui a fait quelque centaines de morts dans la bande de Gaza, la levée du blocus est revenue à la Une de l'actualité...".