Le gouvernement a pris des mesures strictes pour lutter contre la propagation du coronavirus en Belgique. Parmi elles, la fermeture des restaurants. Ou plus précisément l’interdiction de servir des plats à table, dans les établissements. Seule la livraison est autorisée ou encore les plats à emporter à condition que ce soit "au guichet", comme dans certaines friteries.

Un coup dur pour la restauration. Pour Philippe Trine, président de la fédération Horeca Bruxelles, c’est invivable. Le seul moyen pour que les restaurateurs s’en sortent, c’est que des mesures de soutien aux entreprises soient mises en place. "Nous souhaitons, entre autres, une annulation du paiement des lois sociales pour les deux premiers trimestres", nous dit-il. "Les pertes sont estimées à 1,3 milliards de chiffre d’affaires en trois semaines pour le secteur", précise-t-il. "Maintenir une équipe pour des clients hypothétiques, ça va être très compliqué. Nous espérons que le gouvernement va nous entendre, c’est la seule solution pour s’en sortir", conclut-il.

"On ne livre pas assez. Ce n’est pas rentable. Et même si nous livrons déjà, notre type de cuisine n’y est pas très adaptée. On n’a pas d’autres choix que de fermer les cuisines", nous dit Leo, cuisinier dans un restaurant bruxellois.

Du côté de Deliveroo, on pourrait croire à une aubaine, mais ce n’est pas si sûr si les restaurants ne suivent pas. "Nous allons aider autant que possible et continuer de soutenir plusieurs entreprises du secteur", déclare pour sa part Rodolphe Van Nuffel, porte-parole de Deliveroo. S’il confirme que des mesures de précaution ont été prises pour limiter les contacts entre les livreurs et les clients, il ne peut pas affirmer que la demande va exploser. Reste à voir comment cela va se passer tout au long du week-end.