"Il y a 87 parents qui ont payé en totalité leur cotisation pour cette saison. Pour la grande majorité des autres, les paiements s’échelonneront sur l’année, ce qui est une pratique tout à fait courante. Au total, l’école des jeunes a déjà reçu 146 000€. Je constate que l’école est tout à fait viable financièrement", explique Vincent Lurquin, l’avocat des parents et entraîneurs de l’école des jeunes du White Star. La semaine dernière, le club de football affirmait pourtant attendre ces cotisations pour payer ses entraîneurs et équiper ses jeunes.

Depuis dix jours, les entraîneurs sont en grève, leur salaire n’étant pas payé, parfois depuis de nombreux mois, et les joueurs n’ayant toujours pas reçu le matériel et les vêtements du club. Alors que les températures sont désormais proches de zéro, la plupart des enfants n’avaient pas reçu leur veste.

Ultimatum

Mercredi dernier, la direction du White Star n’avait pas cherché l’apaisement en fixant un ultimatum aux parents qui n’ont pas payé toute la cotisation. "Dès ce week-end, nous serons en mesure de fournir les packs promis aux joueurs en ordre de cotisation. Les autres doivent se mettre en règle ou chercher un autre club", ont expliqué ses dirigeants. "On n’est pas au CPAS", a insisté l’un des responsables.

Du côté de la commune de Molenbeek, l’attitude du White Star fâche de plus en plus. C’est que le club de football avait passé un accord avec l’entité : l’accès au stade communal Edmond Machtens en échange de la prise en charge de l’école des jeunes.