Bruxelles La dernière tour a été déconstruite hier. D’ici peu, les fondations le seront aussi.

Vous vous souvenez de la grande tour bleue, à l’extérieur du parc aquatique Océade ? Elle se voyait de loin et surplombait un enchevêtrement de toboggans de toutes les couleurs, et il fallait y monter pour s’élancer sur les fameuses bouées géantes. Ce mardi matin, sa destruction a commencé et c’est le seul vestige qu’il restait du parc aquatique déjà réduit à néant. Aux alentours, de la terre et du béton. Un vrai visage de désolation.

Depuis sa vente aux enchères en septembre dernier à une société roumaine pour la modique somme de 252 000 euros, le parc a été déconstruit pièce par pièce. La destruction de la tour est la dernière phase de cette démolition entamée le 1er octobre dernier, au lendemain de la fermeture définitive de la fermeture au public. Ce qui servait alors d’escaliers pour arriver au sommet des toboggans devrait être à terre d’ici la fin de la semaine, pour qu’à la fin du mois le parc aquatique soit définitivement de l’histoire ancienne. Le béton des fondations est déjà en train d’être évacué et le terrain sera recouvert de terre avant la fin du mois.

Une grue fabriquée à la main

Ce mardi matin, il ne restait donc que le béton des fondations des caves et cette fameuse grande tour bleue. Pour la mettre à terre, la société spécialisée en démolition BSV s’est servie d’une grue de démolition flambant neuve qui lui a été livrée lundi. Il s’agit de la première du genre à être utilisée dans le Benelux, d’après Wouter Moors, le chef de chantier. D’une hauteur pouvant aller jusqu’à trente mètres, la grue a été fabriquée entièrement à la main au Japon par la société Kobelco.

"Sa particularité est également le fait que ce soit une des grues les plus écologiques. C’est important pour nous, dans nos nombreux projets, d’investir dans du matériel de plus en plus écologique", précise Wouter Moors.

À présent, la prochaine étape de l’entreprise sera de dégager les quelque 15 000 mètres cubes de béton qui forment encore la base. La fin des travaux est prévue d’ici la fin de ce mois. Cette fois-ci, c’en est vraiment fini d’Océade.