L'annulation de la Foire du Midi a été la goutte d'eau qui a fait déborder le vase pour des centaines de forains. Privés de travail depuis la mi-mars, ils attendaient cette foire avec la plus grande impatience. Pour bon nombre d'entre eux, un tel événement permet de réaliser la moitié du chiffre d'affaires annuel. Et même s'ils s'attendaient à des recettes moindres cette année et avaient tout mis en place pour assurer la sécurité des visiteurs, ils sont contraints à démonter leurs attractions tout en ne sachant pas où ni quand ils pourront à nouveau les installer. "Trois de mes jeunes collègues ont donc décidé d'organiser une manifestation vendredi matin. Il faut dire que pour les plus jeunes, avec les investissements consentis, cette annulation est encore plus dramatique. Nous les soutiendrons tous et participant à cette manifestation", assure Patrick De Corte, président des forains bruxellois.

Rendez-vous est donc pris, ce vendredi matin, sur le parking C du plateau du Heysel. "Le cortège a été autorisé par la police, qui soutient également notre mouvement. Nous n'avons de toute manière pas l'intention de faire du grabuge. Le but est de montrer qu'on existe et de rappeler que si la situation est dure pour tout le monde, elle devient presque invivable pour les forains, empêchés de travailler."

Les forains déplaceront leurs camions pour ce cortège qui s'annonce déjà kilométrique et entraînera assurément des embarras de circulation dans et autour de Bruxelles. Plusieurs centaines de camions sont attendus pour un départ sur la route aux alentours de 9 h. Des perturbations devraient ainsi être observées jusqu'en début d'après-midi, moment où les forains espèrent être reçus par la Première ministre afin d'exposer à nouveau leurs griefs et réclamer des compensations. Les aides accordées ne permettent en effet pas de compenser les pertes, encore aggravées par un montage coûteux de la Foire du Midi, annulée dans la foulée du dernier CNS de lundi.