L'Union Syndicale Etudiante, une section étudiante et autonome des jeunes FGTB, et le Cercle Féministe de l'ULB s'élèvent contre la tenue d'un débat sur la liberté d'expression qui a lieu ce jeudi soir à l'ULB.

La venue de deux membres du journal satirique Charlie Hebdo, le rédacteur en chef Gérard Biard et la DRH, Marika Bret, est à l'origine de leurs critiques.

Dans un communiqué relayé sur les réseaux sociaux, les deux groupes étudiants s'en prennent entre autres à l'édito de Riss, publié le 7 janvier 2020 - soit cinq ans après les attentats qui ont touché la rédaction du journal - et qui dénonçait les "nouveaux visages de la censure".

Riss écrivait d'ailleurs: "Hier, on disait merde à Dieu, à l'armée, à l'Eglise, à l'Etat. Aujourd'hui, il faut apprendre à dire merde aux associations tyranniques, aux minorités nombrilistes, aux blogueurs et blogueuses qui nous tapent sur les doigts comme des petits maîtres d'école".

-> Relire aussi: Pour "Charlie Hebdo", militants et réseaux sociaux sont les nouveaux visages de la censure. Vraiment ?

Un édito qui n'a visiblement pas plu à ces deux associations étudiantes car elles estiment que les auteurs ne remettent pas en question "leurs privilèges".

Dans le communiqué, qui prône la libération de la parole des minorités mais aussi la non-tenue du débat organisé à l'ULB, on peut lire, entre autres, ceci:

"Au nom de "l'universalisme", il faudrait pouvoir tout dire sans se prendre de réactions des personnes ouvertement visées ? Se défendre, dénoncer des propos qui nous oppriment, c'est vraiment atteindre à la liberté d'expression ? Charlie Hebdo se place donc en opposition à celleux (celles et ceux, en écriture inclusive, NdlR.) qui défendent une politique intersectionnelle et remettent en question les privilèges blancs, homme, cis, hétéro, bourgeois, etc. Ainsi, Charlie Hebdo a rejoint depuis longtemps les rangs des réactionnaires de tout poil dans leur dénonciation des « nouveaux censeurs ». Ce sont les mêmes qui défendent une "laïcité" à la française, islamophobe, méprisante du droit de chacun·e à disposer de son corps. Charlie Hebdo participe ainsi à la censure des minorités en les empêchant d’élever leurs voix. Alors si c'est ça "être Charlie", en 2020, nous ne le sommes clairement pas ! L'ULB se rend honteusement complice de ces réactionnaires ."

Une chose est sûre, cinq ans après les attentats, la liberté d'expression suscite encore et peut-être toujours plus de réactions. Des réactions d'une part de personnes prêtes à tout pour défendre la liberté d'expression, parfois quand ça les arrange, ou d'autre part d'individus qui se soulèvent pour une prétendue défense des droits des minorités, mais qui justifient par là même une forme de censure.

Pourtant, l'intitulé du débat organisé à l'ULB était clair: "Charlie Hebdo: cinq ans après - La liberté d’expression, c’est fini?!"

Note de la rédaction: Nous avions écrit que les étudiants des deux groupes souhaitaient empêcher le débat, ce qui était une tournure trop forte, en réaction au titre de leur communiqué "Pas de réacs sur notre campus".