Le bourgmestre de la Ville de Bruxelles, Philippe Close, a formellement démenti mardi avoir encouragé la population à contester des amendes infligées par la police dans le cadre d'infractions aux règles de confinement. Sur son site web, le quotidien 'La Capitale' fait état d'une rencontre entre le bourgmestre de la Ville de Bruxelles, le chef de corps de la police de Bruxelles Capitale/Ixelles et des jeunes habitants des Marolles, à la suite d'un contrôle "corona" mouvementé et décrié.

Les porte-parole des deux premiers ont parlé d'une rencontre "constructive". Dans leur propre communiqué les représentants des jeunes se sont dits ravis d'entendre le bourgmestre rebondir sur la nécessité d'adopter une approche préventive et participative dans le quartier. Mais d'après le communiqué du Foyer des jeunes des Marolles, ils ont également indiqué que le bourgmestre leur rappelait "qu'il est important de contester les amendes Covid (sous forme de Sanctions administratives communales, SAC), sachant que le flou persiste en matière d'interprétation des règles de distanciation sociale notamment".

"Je n'ai jamais encouragé qui que ce soit à contester ces amendes. J'ai simplement dit qu'il était possible de les contester conformément à ce que garantissent les différentes procédures", a tenu à répliquer mardi Philippe Close (PS).