Bruxelles

Le projet de réaménagement de l’avenue du Port patine. Remplacer des millions de pavés et des centaines d’arbres par une chaussée de béton, un ligne de bus et une piste cyclable n’est pas chose facile. Mais les associations qui militent contre les plans de la ministre des Travaux publics Brigitte Grouwels (CD&V) ne sont pas rassurés pour autant. Et pour cause : les travaux initialement prévus pour le 16 août dernier ne sont pas annulés, mais seulement retardés au 5 septembre 2011. La fin est proche pour les 300 platanes et les 1 500 000 pavés de l’avenue qui abrite Tour&Taxi. Etat des lieux d’une affaire qui fait des vagues...

"Brigitte, je t’aime, ne me tue pas". Cette inscription collée sur un des 300 platanes de l’avenue du Port illustre bien la querelle qui s’anime entre la ministre CD&V et le comité de quartier Marie-Christine/Reine/Stéphanie. Et la ministre reste déterminée, au grand dam de ses opposants : "Nous avons déjà recueilli 9 000 signatures. Mais elle a bouché ses oreilles à notre demande", déplore Zoubida Jellab, membre du comité de quartier.

L’ambition de la ministre ne date pas d’hier. Voici plus d’un an que le comité se bat contre l’idée du réaménagement de l’avenue du Port : "On veut le maintien des 300 platanes et des pavés. Ce sont les vestiges d’une période et le patrimoine de la ville. On veut le classement de cette avenue !" ajoute la représentante du comité. Mais ce n’est pas seulement une question de patrimoine. "Leur taille protège les quartiers environnants des poussières et des désagréments. Ils ont aussi un rôle acoustique. Et contrairement à ce qui a été dit, les arbres sont en très bonne santé. Rien ne prouve le contraire ", s’insurge-t-elle.

Du côté du cabinet Grouwels, on reste silencieux. La ministre ne s’est tout simplement pas exprimée sur le sujet, ne souhaitant pas encore communiquer avec la presse. Le cabinet se serait malgré tout entretenu avec celui de Charles Piqué, ministre-Président de la région de Bruxelles-Capitale. "Nous n’avons pas trouvé d’accord, mais nous avons lancé des pistes à exploiter pour rester à l’écoute des citoyens, sans mettre à mal le projet", indique France Manage, conseillère en communication du ministre.

Mais cette lueur d’espoir ne calme pas les amoureux de la nature et du patrimoine, qui maintiennent leur manifestation prévue le 28 août. Au programme : un grand cortège et le terrassage d’une tronçonneuse géante. "Ce sera une foire aux actions ludiques et humoristiques. On appelle tous les gens (artistes, citoyens, etc.) à agir, à se déguiser...", explique Zoubida Jellab.

Mais elle pointe un autre problème : "La ministre se dit prête à étudier notre demande, mais veut des compensations financières. Elle a fait du forcing en accordant le marché à l’entrepreneur, mais savait dès le début qu’on se mobiliserait. On est déterminés !"

Adopter un platane, signer la pétition ou participer à la manifestation, à vous de choisir. On ignore encore le jour du jugemen