Moins de vaccins seront administrés dans les deux semaines à venir - par rapport aux deux semaines écoulées - en Région bruxelloise. Cette baisse de rythme a pour but d'augmenter le stock de vaccins disponibles. Mais pourquoi augmenter ce stock ? En raison des doutes qui planent autour des livraisons de vaccins AstraZeneca et Pfizer, a expliqué Inge Neven, coordinatrice de l'équipe de l'Inspection de l'hygiène de la Commission communautaire commune lors d'une conférence de presse.

En ce qui concerne AstraZeneca, la Commission européenne n’a pas renouvelé son contrat avec la firme après le mois de juin. "Mais ce n'est pas parce que l'Union n'a pas prolongé ce contrat que les livraisons s'arrêtent maintenant. Elles vont continuer et les secondes doses seront fournies", a rassuré Inge Neven.

Pour Pfizer, la task force Vaccination avait annoncé au mois d'avril qu'à partir de la semaine du 31 mai, la Belgique allait recevoir chaque semaine plus de 560 000 doses de vaccin de Pfizer et BioNTech. Reste à voir si les commandes et les délais seront respectés.

>> Lire également : Le PDG de Pfizer "pas du tout" en faveur de la levée des brevets

Du coup, "nous avons un peu moins de vaccins car nous ne sommes pas sûrs à 100 % des livraisons d'AstraZeneca et de Pfizer. C'est pourquoi nous avons légèrement augmenté le stock pour être certains que les deuxièmes doses pourront être administrées dans les semaines à venir", a expliqué Inge Neven. "Nous avons maintenant 100 000 vaccins que nous gardons en stock. Ce qui équivaut à un stock de dix jours."