Découvrez les mesures préventives prises pour la cathédrale de Bruxelles depuis sa rénovation en 2000.

La cathédrale Saints-Michel-et-Gudule de Bruxelles est équipée, depuis la fin de sa rénovation en 2000, d'un système d'hydrants avec des colonnes sèches qui devraient faciliter l'extinction en cas d'incendie.

La cathédrale de Bruxelles est dotée de six colonnes sèches dans lesquelles des tuyaux d'incendie sont dissimulés et où les pompiers peuvent immédiatement obtenir de l'eau et de la pression via des hydrants extérieurs. Une bouche d'incendie est disponible à différentes hauteurs via ces colonnes sèches qui s'étendent jusqu'au toit de l'édifice religieux. Un tel système permet donc un gain de temps et existe également dans les grands immeubles à appartements.

Il est difficile de dire si un incendie comme à Notre-Dame peut de cette manière être évité, souligne Walter Derieuw, porte-parole des pompiers de Bruxelles. "Il y a encore beaucoup de bois sec dans un tel toit et dans la construction. Lors de l'important incendie de l'église du Béguinage en 2000, c'est aussi le toit qui avait brûlé."

Les mesures de précaution nécessaires ont donc été prises pour Saints-Michel-et-Gudule, mais aucun exercice des services de pompiers n'y est effectué.

Presque personne ne se rend dans le toit. L'accès est exceptionnel et se fait dans des conditions de sécurité strictes. Il existe en outre un plan d'urgence pour évacuer les œuvres d'art.

La cathédrale Saints-Michel-et-Gudule a sonné le glas lundi soir à 22h30 en signe de communion avec Notre-Dame de Paris.

Par ailleurs, "une statue de Notre-Dame sera portée en procession avec l'entrée de tous les prêtres et diacres (+ de 100) qui participeront ce soir à la messe chrismale à la cathédrale st Michel à 19h", a fait savoir le porte-parole francophone de la conférence épiscopale et du cardinal De Kesel, Tommy Scholtès, par voie de communiqué. "Au début de la cérémonie, Mgr De Kesel ou Mgr Kockerols en diront un mot pour exprimer la communion."