Vincent De Wolf déplore que le Service de l'inspection de l'hygiène ne fournit toujours pas d'informations précises sur les personnes devant respecter la quarantaine en région bruxelloise. Il précise que les bourgmestres ont reçu lundi une invitation à se réunir jeudi avec les autorités régionales, mais que rien ne permet de garantir qu'un outil efficace leur sera proposé pour identifier les personnes réfractaires à l'isolement obligatoire. Il appelle la Région à agir plus rapidement.

"On va arriver à la fin de la période de quarantaine pour les retours de vacances et c'est seulement jeudi qu'on va déterminer ce que les bourgmestres doivent faire", relève Vincent De Wolf. "Prendre des mesures la semaine prochaine n'aura sans doute plus aucun sens... On est systématiquement les derniers. Là, Bruxelles est pourtant la zone la plus fortement touchée. Etterbeek est maintenant la commune la plus contaminée. Je pense que cela provient du nombre important d'expatriés dans la commune."

Il remarque que la Région bruxelloise avait déjà essuyé un retard important en octobre dernier par rapport à la Flandre et à la Wallonie pour l'activation du dispositif Zorgatlas, visant à renseigner les bourgmestres sur les zones de contamination dans leurs communes.