Bruxelles

Une ordonnance régionale, qui oblige les majorités locales en place à laisser les partis d’opposition s’exprimer dans le journal communal, est progressivement appliquée par chaque entité. Si certaines communes comme Ixelles ont déjà voté un règlement en ce sens, d’autres doivent encore le faire. Une certitude : chaque entité dispose d’une importante marge de manœuvre en la matière.

De la censure, selon Ecolo

A Saint-Gilles, Ecolo n’est pas du tout sur la même longueur d’onde que la majorité PS/MR. Sa caricature mettant en scène le bourgmestre Charles Picqué (PS) afin de dénoncer le projet de parking sous la place Marie-Janson n’a pas plu du tout. Au point de provoquer le report de la publication du journal communal à une date indéterminée… Du coup, Alain Maron, le chef des Ecolos saint-gillois crie à la censure.

Ecolo et le CDH , les deux partis d’opposition, avaient chacun droit à une demi-page, soit un texte de 1 400 caractères. Ajouter une illustration était autorisé, en sachant que celle-ci réduirait d’autant l’espace dévolu au texte. Ecolo a finalement décidé de ne pas publier de texte du tout mais seulement une caricature. "Après ce qui s’est passé à Charlie Hebdo, ils ont tous posé à la commune pour montrer leur solidarité avec le journal. On s’est dit qu’on allait faire un clin d’œil et qu’on allait faire un dessin pour exposer nos idées" , explique le conseil communal écolo.

"Alain Maron cherche la polémique. Il y a une volonté de provoquer de sa part ! On a reporté la publication mais on a invité, le 11 février, les chefs de groupe pour tenter de se mettre d’accord sur le futur règlement", commente, un brin exaspéré, Olivier Pirotte, le chef de cabinet du maïeur.

"Il faut rappeler que le règlement n’a pas encore été adopté et qu’on voulait déjà permettre à l’opposition de s’exprimer. Mais pas avec des caricatures car le journal communal n’est pas un ring de boxe !", insiste-t-il, avant de souligner que Watermael-Boitsfort, dont le maïeur Olivier Deleuze est coprésident d’Ecolo, interdit spécifiquement les caricatures dans le journal communal…

© Ecolo