La scène remonte à samedi dernier et a été filmée par un scooteriste.

Les faits datent du samedi 7 mars. Un homme à scooter se fait doubler à (très) vive allure par un chauffard impatient au niveau d'un passage pour piétons situé pile devant l'institut Sainte-Marie La Sagesse, chaussée de Haecht à Schaerbeek.

La scène a été filmée par l'homme à scooter, qui a alors rattrapé le chauffard stationné au feu rouge. L'automobiliste était déjà en train de s'expliquer avec des employés communaux circulant en camionnette, avant de sortir de sa Smart pour s'en prendre verbalement au scooteriste. Les insultes ont fusé mais le scooteriste a poursuivi sa route un fois le feu passé au vert.

Quelques mètres plus loin, l'automobiliste a de nouveau doublé le scooteriste, faisant fi du passage pour piétons.

La vidéo a été repartagée sur la page Facebook Imagine Colignon, créée par un collectif citoyens : "Voici, en image, pourquoi il est nécessaire d'opter pour des infrastructures routières les plus sécurisantes possibles aux abords des écoles ! Cette vidéo a été prise en face de l'école Sainte-Marie la Sagesse, chaussée de Haecht. Ici, on peut placer un radar mais, quand c'est possible, la commune doit aller plus loin pour garantir la sécurité des piétons."

La police de la zone Nord a été avisée des faits. "Le problème est que la police ne peut pas dresser de PV d'initiative si aucun agent n'a constaté l'infraction en direct", explique Audrey Deraeymaecker, porte-parole de la zone. "Par contre, si la personne qui a fait la vidéo se rend au commissariat avec la source authentique, alors l'inspecteur sera en mesure de dresser un PV, si l'authenticité est garantie. Charge ensuite au parquet de poursuivre ou non l'automobiliste."

Elle rappelle que le meilleur réflexe à avoir dans ce genre de situation est de directement contacter le dispatching. "Ainsi, nous pouvons orienter une patrouille située à proximité afin d'essayer d'interpeller la personne et voir si elle est en ordre de rouler, ce que le scooteriste n'a pas fait dans le cas-présent", conclut Audrey Deraeymaecker.