Bruxelles

Le collège communal privilégie la recontextualisation des hommages d'époque à leur suppression.

En septembre 2017, Anderlecht a créé un groupe de travail sur la recontextualisation des hommages coloniaux dans les espaces publics de la commune. Après avoir auditionné plusieurs experts sur la question, le groupe de travail vient d'émettre une série de recommandations.

Il estime notamment que les hommages d'époque ne doivent pas être supprimés mais recontextualisés. Ainsi, chaque hommage colonial dans l'espace public et au sein de la maison communale sera assorti d'un panneau recontextualisant cette période historique. "Le choix a été fait de ne pas débaptiser ces lieux car cela reviendrait à nier cette période de notre histoire. Il est par contre important de les remettre en contexte en organisant des séances d’information et d’échanges autour de cette période de l’histoire. Par ailleurs, il est aussi nécessaire de rappeler les moments douloureux engendrés par la période coloniale en s’appuyant sur des faits historiques précis. Il faut absolument privilégier le débat et le dialogue et non essayer d’opposer les personnes entre elles", explique l’échevin de la Solidarité internationale dans un communiqué.

La Maison des Voyageurs d'Anderlecht organisera par ailleurs des moments dédiés à cette thématique pour informer les citoyens, en partenariat avec les ASBL Change et Mémoire Coloniale. "Des contacts seront pris avec la Stib pour changer le nom de l'arrêt de bus "Vétérans Coloniaux", en proposant le lancement d'un processus participatif pour définir le nouveau nom de l'arrêt, en lien avec les habitants." Le collège communal dit également souhaiter donner prochainement à une place publique le nom d'une "femme connue de cette époque pour avoir lutté pour l'indépendance de son pays."