Depuis septembre 2014, la Région bruxelloise possède sa propre extension sur le Web :.brussels. Un nom de domaine qui est accessible à tout le monde, tant les entreprises que les particuliers, depuis le 16 janvier 2015, et qui vise à renforcer l’identité de la Région.

Selon les chiffres révélés par DNS Belgium, le partenaire privé de la Région qui gère cette extension, 4 634 noms de domaine ont été enregistrés en 2015. Un succès mitigé. "Nous avions un chiffre plus élevé en tête. Dans les attentes initiales, la Région évoquait 50 000 noms de domaine .brussels dans les 5 à 10 ans. Nous en sommes loin", explique Philip Du Bois, general manager chez DNS.

Un constat qu’il tient à relativiser. "Cet objectif de 50 000 noms de domaine peut cependant encore être dépassé ! Nous restons optimistes car les nouveaux noms de domaine dans le monde connaissent tous un lancement mitigé, précise Philip Du Bois, qui prend l’exemple du lancement de l’extension .paris. Les autorités françaises avaient aussi un chiffre initial plus élevé en tête, avant de constater une augmentation progressive des enregistrements. C’est toujours comme ça."

Pour l’heure, 60 % des entreprises et particuliers qui ont adopté l’extension .brussels sont basés en Région bruxelloise, 12 % en Wallonie et 28 % en Région flamande. "C’est plus intéressant pour une entreprise basée dans une autre Région qui vise le marché bruxellois d’avoir cette extension plutôt que .be ou .com, poursuit Philip Du Bois. La Wallonie a d’ailleurs intérêt à aussi avoir sa propre extension car cela peut renforcer l’identité d’une Région. S’afficher en tant que .brussels pour un acteur économique ou institutionnel, c’est bénéficier immédiatement de la renommée de Bruxelles, où que ce soit dans le monde !"

Surtout des entreprises

En effet, la Région wallonne est la seule à ne pas avoir son propre nom de domaine, la Flandre ayant adopté son extension .vlaanderen en même temps que Bruxelles. L’extension au Nord du pays a été enregistrée 5 485 fois en 2015, soit un meilleur lancement qu’en Région bruxelloise. "On pourrait croire que la Région flamande a fait une meilleure promotion pour son extension que la Région bruxelloise, mais cette différence est marginale car le grand public n’a pas encore suffisamment été mis au courant", conclut Philip Du Bois.

Sur l’ensemble des 4 634 extensions .brussels enregistrées en 2015, 17,72 % sont détenues par des particuliers et 82,28 % par des entreprises. Les principaux acteurs et partenaires de la Région ayant rejoint la marque régionale sont notamment la Stib, Bruxelles-Propreté, Actiris, Visitbrussels ou Bruxelles Environnement.

Afin de stimuler l’enregistrement de l’extension .brussels, de nouvelles campagnes verront le jour pour renforcer l’identité de la Région.

Plus d’infos ? www.be.brussels