Sur les neuf premiers mois de 2020, quelque 538 accidents impliquant des piétons ont été enregistrés à Bruxelles, résultant sur 35 blessés graves et 5 décès. Des chiffres en baisse par rapport aux autres années qui s’expliquent par le confinement et le télétravail.

Afin d’améliorer les cheminements piétons, les communes ont la possibilité de demander des subventions régionales pour le réaménagement des infrastructures piétonnes.

Seules les communes de Jette, Molenbeek, Schaerbeek, Woluwe-Saint-Pierre et Woluwe-Saint-Lambert ont introduit une demande de subsides. "Le projet de la commune de Molenbeek avait reçu un avis négatif de Bruxelles Mobilité lors de la procédure de demande de permis d’urbanisme qui n’a dès lors pas été acceptée par la commission de concertation. Une fois que la question du permis d’urbanisme sera résolue, la commune de Molenbeek pourra alors présenter une nouvelle candidature", a affirmé Elke Van den Brandt (Groen), ministre de la Mobilité, en réponse à une question du député Défi Saïd Koksal ce mardi matin en commission Mobilité du parlement bruxellois.

Au niveau régional, plusieurs tronçons ont été identifiés comme devant faire l'objet de travaux en 2021 et 2022. Parmi eux : la chaussée de Ninove, l’avenue de Laeken, le boulevard Saint-Michel ou le boulevard De Smet De Naeyer.

Par ailleurs, la réflexion a été lancée avec les opérateurs de mobilité partagée concernant le stationnement sauvage des vélos et trottinettes partagés sur les trottoirs. 16 drop-off zones ont ainsi été mises en place à la fin de l’année 2020 autour de gares et de stations de métro. "Une analyse chiffrée de l’efficacité de ces emplacements est en cours afin d’évaluer la pertinence d’un réseau plus dense de ce type d’infrastructure", explique Elke Van den Brandt.

Selon Saïd Koksal, la Région doit mettre les bouchées double pour garantir davantage la sécurité des piétons. "Les choses progressent mais je constate que 30% des piétons en Région bruxelloise sont des PMR et que peu de choses sont faites pour leur faciliter la tâche. De manière plus générale, le mot 'piéton' apparaît 53 fois dans le plan GoodMove alors que le mot 'cycliste' y figure 85 fois ! J'ai donc bien le sentiment que les piétons sont les grands oubliés des politiques de mobilité à Bruxelles. On passe son temps à opposer cyclistes et automobilistes et à résumer à eux et aux usagers des transports en commun la politique de mobilité. Or, cyclistes, automobilistes, PMR ou usagers des transports en commun, nous sommes tous d'abord des piétons !", conclut-il.