"Je soutiens la ministre bruxelloise de la Mobilité si elle veut taxer différemment, en passant de la propriété à l'usage, mais pas si elle veut taxer plus sans mettre d'abord en place les alternatives (RER, capacité de la STIB en heures de pointe, autoroutes vélo, covoiturage...). On n'est même pas capable de terminer le RER depuis 20 ans", a commenté le député cdH Christophe De Beukelaer.

Selon le quotidien l'Echo, la réforme bruxelloise de la fiscalité automobile semble sur le point de se concrétiser. Le projet, baptisé SmartMove, a été confié à Bruxelles Environnement et Bruxelles Fiscalité, qui ont élaboré un nouveau modèle devant cependant encore faire l'objet d'un accord politique. Il est question de supprimer la taxe de mise en circulation et la taxe de circulation pour introduire un tarif basé sur l'usage. Le modèle fiscal actuellement sur la table repose sur un tarif de base par jour d'utilisation, auquel s'ajoute une composante kilométrique en tenant compte des horaires et de la puissance fiscale du véhicule.

Aux yeux de Christophe De Beukelaer, pour les Bruxellois, la taxe kilométrique semble remplacer les taxes de circulation et de mise en circulation, ce qui n'est pas le cas pour les navetteurs qui seront donc doublement imposé.

"Ce système ne peut voir le jour que si les alternatives sont développées (RER) ou si la nouvelle taxe est compensée de la même manière par la Région flamande et la Région wallonne. Sinon, les navetteurs paieront deux fois et cela va pousser les entreprises à s'installer en périphérie bruxelloise. Bruxelles doit prendre en compte cette spécificité : son hinterland économique s'étend au-delà de ses frontières", a-t-il souligné.

Le député a enfin rappelé que son parti défendait une réforme en trois phases: engagement des pouvoirs publics à réaliser un ensemble d'alternatives à la voiture d'ici 2025 (RER, capacité de la STIB en heures de pointe, Réseau de covoiturage, autoroutes vélo...); encouragement au cours des cette période à changer de comportement avec la prime Go Brussels; et réforme fiscale (taxe km/péage) à partir de 2025.