Les locataires sociaux de l'avenue Mahatma Gandhi sont à bout. Ils dénoncent le laxisme de la commune.

Les nombreux locataires sociaux de l’avenue Mahatma Gandhi, à Molenbeek, sont à bout de nerfs. Depuis le début du mois de septembre, une vingtaine de jeunes squattent jour et nuit les entrées de cinq immeubles, générant un sentiment d’insécurité auprès des locataires.

La situation est particulièrement préoccupante du côté de l’immeuble situé au numéro 8, qui sert en quelque sorte de "QG" à ces jeunes. On retrouve 58 logements dans cet immeuble. "Tous les jours, de 14h à 3h du matin environ, des jeunes âgés de 14 à 25 ans occupent l’entrée de ce bâtiment et sèment la terreur auprès des locataires. Ils fument dans le hall d’entrée, salissent tout, urinent dans les caves, mettent de la musique et importunent les locataires", explique une riveraine inquiète par cette situation.

© DR

Selon elle, ces jeunes cachent leur drogue - cannabis et drogue dure - dans des sous-plafond. Ils cassent également les lumières pour mieux se cacher à l’arrivée des policiers. "Lorsqu’on rentre avec des courses, on fait tout pour les éviter. Ils restent là à glander, en calant la porte d’entrée qui reste grande ouverte. Ce sont eux qui font la loi, les parents n’interviennent pas et les laissent agir. Certains de ces jeunes n’habitent pas le quartier et ont des casiers judiciaires. Plusieurs mineurs ont déjà été en maison de redressement mais ils récidivent en s’adonnant à des pratiques illégales", explique notre intervenante, qui déplore le laxisme de la part des autorités communales. "Lorsque la police se rend sur place, les jeunes se passent le mot et tout le monde déguerpit sur-le-champ, ou alors certains se cachent dans l’immeuble. Certains locataires leur ont déjà demandé de quitter les lieux mais dans ce cas, ils endommagent leur voiture. Cette situation ne peut plus durer !"

Du côté de la commune, on dit être au courant de cette situation. "Cette problématique est sur la table depuis plusieurs semaines. Une concertation interne a eu lieu entre la commune, les services de prévention, le foyer molenbeekois et la police. Nous allons augmenter la présence d’éducateurs dans ce quartier. De plus, un toutes-boîtes a été distribué aux habitants pour leur annoncer la tenue d’une réunion qui sera organisée la semaine prochaine avec des représentants du foyer molenbeekois et du personnel communal afin de présenter les mesures qui vont être prises. Une chose est sûre, on ne va pas abandonner ces familles", explique-t-on du côté du cabinet de la bourgmestre Catherine Moureaux (PS).