Hugo, nom d’emprunt, évoque les coulisses d’une intervention d'un patient potentiellement contaminé par le coronavirus.

Les ambulanciers bruxellois sont en première ligne dans le cadre de la lutte contre la propagation du coronavirus. Ce sont eux qui doivent se rendre chez les patients malades, les transporter à l’hôpital, en respectant des consignes très strictes.

"Lorsqu’on se rend chez un patient suite à un appel, on doit obligatoirement se tenir à une distance d’un mètre cinquante de la personne et on doit faire un premier bilan de son état", explique Hugo, nom d'emprunt. "Si le patient a n’importe quel problème respiratoire, on considère qu’il est potentiellement contaminé par le coronavirus. Du coup, on adopte des mesures spécifiques avant de le prendre en charge : on met une double paire de gants, des lunettes de protection, un masque, un tablier. Quand ils sont en nombre suffisant, on met également un masque à la personne contaminée. Seulement, tous nos patients ne sont pas contaminés par le coronavirus mais il est indispensable de prendre ces précautions pour éviter tout risque de propagation parmi les ambulanciers."

Une fois en route vers l’hôpital, Hugo prévient l’hôpital de l’arrivée de l’ambulance. "C’est important de prévenir en amont afin qu'on nous dirige directement vers le service adéquat, en évitant de mélanger les patients contaminés et non contaminés. Chaque hôpital dispose d’un espace spécial confinement corona", poursuit Hugo. "S'il s’avère, après examen médical, que le cas est avéré, alors l’hôpital nous rappelle pour nous dire que le patient que nous avons déposé a été testé positif. C’est alors à nous de prendre les précautions d’usage et de nettoyer et désinfecter tout notre matériel. Cela peut prendre une heure."

"La semaine dernière, j’ai transporté deux personnes qui ont été en contact direct avec une personne décédée du corona. Du coup, on se rend compte que cela se rapproche de plus en plus et qu’il faut prendre cela au sérieux", ajoute Hugo.

Aujourd’hui, il en appelle au bon sens de la population : "n’allez à l’hôpital qu’en cas d’extrême urgence. Même moi, je n’ai pas envie que mes proches y aillent car on sent que c’est là que le coronavirus circule. De mon côté, je me suis interdit de voir ma mère ou ma grand-mère pendant la période de confinement car je m’en voudrais toute ma vie d’être porteur bénin et que ma mère de soixante ans chope cette crasse. Au plus vite tout le monde prend les mesures au sérieux, au plus vite la maladie va s’endiguer."

Du côté des casernes, plusieurs mesures de précaution ont été prises afin d’éviter que les ambulanciers et pompiers soient en contact. Ainsi, toutes les formations pompiers sont supprimées jusqu’à nouvel ordre et le restaurant principal de la caserne de l’Héliport sont fermés du lundi au vendredi.