Bruno a bien cru que son heure avait sonné, ce lundi en début d'après-midi. Vers 13h30, alors qu'il faisait son jogging accompagné d'un ami, un arbre s'est effondré juste devant eux. "On l'a échappé belle ! Une seconde de plus et on était écrasés", affirme ce Bruxellois.

L'arbre s'est écroulé à proximité du kiosque du bois de la Cambre dans un endroit habituellement très fréquenté. "On pense toujours qu'on a le temps de réagir en voyant un arbre tomber mais pas du tout. Il est tombé d'un coup, dans un bruit très sourd. La vitesse était tellement incroyable qu'on n'a pas eu le temps de réagir."

© DR

© DR

© DR

"Le bois de la Cambre était fermé durant tout le weekend à cause des rafales de vent mais l'arbre est tombé ce lundi alors qu'il ne faisait pas venteux. On a rapidement prévenu les gardes forestiers et la police qui se sont rendus sur place", explique Bruno. "Cela pose clairement question de la gestion du bois de la Cambre. C'est dingue que cela arrive dans un parc si fréquenté. Heureusement qu'on était un lundi, que la météo était maussade et qu'il n'y avait pas trop de monde !"

Du côté de la Ville de Bruxelles, gestionnaire du bois de la Cambre, on explique qu'il s'agit là d'un cas isolé. "Après chaque épisode de grand vents, l'équipe des Espaces verts fait un tour des arbres pour vérifier leur stabilité. Ce sont eux qui travaillent au quotidien dans le bois et ils connaissent les arbres qui posent problème. Ils établissent des ordres de priorité, à commencer par ceux situés le long de la voirie", explique Benjamin Adnet, porte-parole de l'échevine des Espaces Verts Zoubida Jellab.

"L'arbre concerné ne faisait pas partie de ceux à tenir à l'oeil. En faisant le tour, ils n'ont pas vu de signe problématique. Rien ne semblait indiquer que l'arbre avait si mal supporté l'épisode de grands vents. Les services des espaces verts essaient de circonscrire au maximum les risques, mais le risque zéro n'existe pas car c'est un être vivant. On sait aussi qu'ils sont fragilisés notamment à cause du dérèglement climatique", conclut-il.