Elle est, de fait, officiellement nationale mais de l’humble avis de ses responsables, elle est surtout bruxelloise. Et là encore, elle pourrait "mieux faire".

La basilique du Sacré-Coeur de Koekelberg reste, à l’évidence une grande - dans tous les sens du terme - méconnue à Bruxelles et, partant, en Belgique. On ne peut donc que se réjouir de toutes les mises en valeur la concernant. Sur le plan spirituel, bien sûr, mais également comme atout culturel. Qui sait donc que la basilique est le plus grand édifice Art déco du monde mais également la cinquième plus grande église au monde ?

A cet égard, l’appui des Amis de la Basilique et de leur président Raoul Marie de Puydt aux initiatives visant à la mettre sous les projecteurs est positif. Ils ont franchi un nouveau jalon avec le lancement d’un Espace Cardinal Danneels au premier étage du lieu du culte. La basilique abritait déjà les musées des Soeurs noires de la rue Blaes et d’Art religieux moderne autour de Mark Delrue, Alain Arnould et Fernand Van Heuverzwijn.

Prêcher aussi par la calligraphie

Voilà qu’elle s’est dotée d’un Espace dédié au cardinal Godfried Danneels qui est surtout une belle vitrine pour les créations éclectiques de l’artiste coréen du sud, Kim En Joong, peintre et céramiste et aussi père dominicain que l’ancien primat de Belgique apprécie beaucoup.

On lira ci-dessous comment leur amitié et leur respect mutuel virent le jour sous l’impulsion d’un troisième (bon) larron jésuite et aumônier des artistes mais on invitera surtout le public à partir à l’assaut de la basilique pour admirer à tout seigneur tout honneur un superbe vitrail réalisé par le religieux coréen.

Avec l’assistance éclairée d’une société spécialisée de Taunusstein (Allemagne) qui a aussi embelli entre autres les cathédrales de Reims et de Cologne mais aussi la Banque centrale européenne à Francfort et le musée de la société Leica. Autant savoir : on ne devrait pas en rester là si quelques généreux mécènes pouvaient encore donner un coup de pouce. Cela dit, le père Kim En Joong y a aussi illustré 33 scènes marquantes de la vie du Christ et rendu hommage à de grands confrères de l’Ordre des Prêcheurs - avec des commentaires de Godfried Danneels - et réalisé une superbe chasuble qui montrent que les Dominicains prêchent aussi par d’autres expressions que la parole. C’est très beau et surtout cela invite au recueillement.